Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - web 2.0

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juin 19 2009

Veille d’opinion : Choisir son outil de veille spécialisé



iexpo2009



I expo 2009. Salon incontournable pour les acteurs de la veille, notamment maintenant, de la veille d'opinion. J'ai fait mon traditionnel et annuel tour des exposants éditeurs de logiciel de veille sur le web social. J'ai pu apprécier des évolutions techniques de certains outils, mais aussi fonctionnelles ou graphiques. Même si j'ai retrouvé sensiblement les mêmes stands que l’année dernière, je constate que les outils trouvent peu à peu leur propre positionnement sur le marché des offres (recherche VS surveillance, espace d'autorité VS longue traine, modules additionnels de traitement VS intégration d'une offre d'analyse interne).

Quelques outils de veille spécialisés dans la veille sur le web social.

Linkscape de Linkfluence
AMI Opinion Tracker d'AMI software
Digimind, de Digimind
Web Influence Tracker de Lexis Nexis Analytics
MediaSpotter de Spotter
Sindup de Sindup
Synthesio de Synthesio

Une liste des éditeurs de solutions est disponible sur cadde reputation. La liste recueille davantage les acteurs de la veille sur le web social, mais certains éditent des solutions logicielles internes.

Choisir un outil

Les logiciels de veille spécialisés dans le web social tiennent une place à part dans le paysage des offres de veille et d'IE. L'enjeu, plus que de comparer les outils et leurs fonctionnalités, est de bien cadrer ce que l'on attend de la veille. Les outils ne sont pas magiques, et ne sont pas des machines à pondre des rapports. Ils sont en revanche une aide précieuse pour les étapes de recherche d'information pertinente, de traitement, d'analyse etc.

Selon les problématiques, on se dirigera vers un outil de recherche d’information, ou un outil de surveillance d’un corpus de sources défini. Les outils parfois combinent ces deux types d'accès à l'information.

Lister les objectifs de la veille sur le web social, et les besoins en information est une étape primordiale, qui permettra d'éliminer au fur et à mesure des l'étude des outils, les solutions logicielles qui ne vous conviennent pas. Bien sur, l'objectif principal de l'utilisation d'un outil de veille est de faire gagner du temps (automatisation des tâches).

Les questions indispensables avant d'étudier les solutions: cadrer les objectifs particuliers de la veille

Sur l'objet de la veille:

  • Qu’est-ce qu’il faut surveiller ? une marque ? un thème ? un marché ?
  • Est-ce que mon sujet est beaucoup discuté ? quels sont les thèmes les plus importants ?
  • Existe-t-il une communauté d'experts sur mon produit/ sujet? quelle importance leur accorder?

Sur les besoins en information:

  • De quelles informations ai-je besoin ? des informations quantitatives ? qualitatives ?
  • Qui est mon public cible ?
  • Comment vais-je traiter les données ? par public ? par espace ? par sujet "saillant" ?
  • Quelle importance accorder aux signaux faibles ? aux tendances lourdes ?
  • Quelles études pour les dynamiques d’opinion ? la circulation de l’information ? le traitement des sujets ?
  • Suis-je intéressée par un traitement sémantique ? un traitement cartographique ?

Sur les espaces à surveiller

  • Que faire de la presse ? les nouveaux médias ? les blogs, les forums ? les réseaux sociaux ? les vidéos ? les dépêches AFP? les commentaires?
  • Que faire avec Twitter, Facebook?
  • Quelle est la communauté la + importante pour mon sujet ? quels sont ses espaces de discussions privilégiés ?
  • Est-ce qu’il faut surveiller un corpus de sources prédéfinies en amont ?
  • Est que mon sujet suggère de s'attacher particulièrement aux blogs d'autorités? ou également aux blogs de la longue traine?

Le bon cadrage d'une veille permet de savoir exactement ce que l'on attend d'un outil spécialisé. Il n'y a pas de bons ou de mauvais outils, il n'y a que des outils qui correspondent ou non à nos attentes et à nos besoins !

vendredi, février 20 2009

recherche et veille sur le web social: des activités convergentes

Suite au billet d'aref qui publie un très bon schéma sur les outils de veille qui permettent d'élaborer une stratégie de veille de réputation en ligne, je me suis posée la question de la frontière entre recherche et veille à l'ère du web social.

democratisation_rss Et bien la frontière n'est pas (plus?) si grande que cela. Comme je le disais dans mon commentaire suite à son billet, ce sont les flux rss des résultats de requête qui permettent à ses outils, à la base, de recherche, de pouvoir être considéré d'outils de veille.

Donc, comme à peu près tous les nouveaux moteurs de recherche se dotent maintenant de flux RSS des résultats de requête, il devient très facile de surveiller les recherches, et de connaitre au fur et à mesure les résultats de la requête en flux rss. Même Google, pour une fois très en retard sur la techno, propose maintenant ce service de résultats des requêtes par flux rss (résultats très décevants quand même)

La connaissance des mises à jour des informations sur le web est donc grandement facilité par les technologies RSS. Le traitement et la capitalisation des infos est aussi en voie de démocratisation, avec des plateformes plus ou moins poussées (plateformes de lecture, plateformes de traitement, plateformes d'analyse).

La veille se démocratise grâce, en partie, au développement des usages des flux.

Les activités de recherche et de veille ne sont plus des activités distinctes. Le schéma : 1: recherche d'information/ 2: mise en place de la stratégie de veille, n'est plus d'actualité. Les veilleurs et les internautes vont et viennent de l'un à l'autre, sans trop de distinction.

La frontière, devenue floue, devra à terme, s'effacer complètement, pour qu'à l'ère du web social, les usagers puissent suivre les mouvements, les dynamiques, et les évolutions de leur territoire de recherches, et ainsi coller au plus près du web social.


*****

Quelques outils de recherche, devenus outils de veille, sur le web social, que je conseille: feedmyserach, backtype, et socialmention

Crédits: Ifeedgood

lundi, août 4 2008

Flux RSS: quand la technique de diffusion devient l'information

Le flux RSS est une sujet qui a maintes fois été abordé en ligne, notamment par des spécialistes, avec un livre blanc, un large billet de blog de klogfr, et un produit d'info de ecolebibdoc, qui traitent très bien tous trois du sujet sous des angles différents.
c'est un sujet qui allie technique et méthode de veille. Au quotidien, j'ai pu constater que le flux est une technologie forte en terme de push d'information, mais que la force du flux réside davantage dans son traitement informationnel.

»» Le lecteur de flux: une base pour une surveillance globale...
Qui dit flux dit lecteur de flux. c'est souvent la première étape (qui ne devra pas rester la dernière) de la mise en place d'une surveillance par flux RSS. la page dédiée permet en un coup d'œil d'accéder aux informations de plusieurs sites. Sur cette page les informations sont "poussées" (mode push) et "capitalisées". c'est le meilleur moyen de tirer parti d'une surveillance globale, ou thématique d'un sujet

  • l'information nous est effectivement poussée (push) sur la plateforme. (par ex. une page netvibes, igoogle, etc, voir klogfr)
  • Nous avons accès aux titres, et même aux news parfois sans avoir à aller sur le site concerné
  • Nous pouvons "surveiller", c'est à dire "observer attentivement", "être attentif" à ce que publient les sources que nous avons choisies


»» les flux: un manque de maniabilité
Cependant, nous sommes tributaires des flux mis à notre disposition. en effet, nous ne choisissons pas les informations constituantes des flux. c'est la source qui les propose, en attribuant des news au flux correspondants. Ainsi, les flux d'information à disposition peuvent ne pas correspondre tout à fait à nos attentes.

De même, la catégorisation des flux peut ne pas nous convenir, et l'addition des flux qui en résulte, peut très rapidement provoquer une abondance d'information alors difficile à lire. Il faudra donc travailler sur la quantité de flux.
Mais il faudra également considérer quelques "défauts" de flux que j'ai pu constater:''

  • un flux ne comprend pas toujours tout le billet; ainsi des allusions ou de mentions peuvent nous échapper
  • un flux n'est pas toujours "normé" et se révèle parfois illisible (i.e. le flux indique le corps du texte à la place du titre etc (cf flux de blogsearch)...)
  • un flux n'est qu'un flux d'information et l'information, éphémère, disparait lorsqu'elle est remplacée par le "flux" continuel des news. Retrouver une information non sauvegardée relève parfois de la recherche d"information pure et dure.
  • un flux d'information est dépendant d'un émetteur


»» Des outils annexes pour révéler la pertinence des flux

Il est utile donc de traiter le flux avec des outils qui vont permettre de surveiller les éléments qui nous semble pertinents pour notre problématique précise.
voici quelques outils qui m'ont été utiles pour gérer une veille performante par RSS:

  • Xfruits de Ruiz pour recevoir par mail les flux, pour les agréger, les combiner, les publier.....
  • yahoo pipes pour combiner les flux et les intégrer dans une démarche de veille précise et complexe, en déterminer des filtres de publication
  • un crawler pour la détection de mots clés contenus dans les flux
  • etc.etc.


A noter que les problématiques, les sources utilisées, les outputs voulus, doivent être étudiés afin de choisir des outils annexes pertinents. Il existe de nombreux outils qui permettent de "façonner" vos flux à votre envie, notamment ponysh que j'apprécie utiliser pour créer un flux lorsqu'un site n'en propose pas. A mon sens, le meilleur moyen de trouver les outils qui correspondent le mieux à vos thématique est de faire une recherche sur outils froids. et ainsi de créer le flux qui correspond le mieux aux destinataires des informations.

Ainsi, il est nécessaire de créer, construire, améliorer, personnaliser les flux rss des veilles pour éliminer le bruit et que l'information soit toujours plus pertinente, efficace, et sur-mesure.

***


Dans quelle mesure les lecteurs de flux peuvent-ils être utiles pour une veille?
Les flux RSS participent à une bonne veille thématique mais ils en suffisent pas à la personnalisation des sources et à l'appropriation d'un sujet. Ils doivent impérativement se combiner avec d'autres techniques et outils, appropriés à la problématique précise. En effet, les flux rss ne sont pas simplement diffusion, mais ils sont informations. Et qui dit information dit traitement...

lundi, juin 16 2008

veille d'opinion et presse en ligne

On pourrait croire que la veille d'opinion en ligne en ce qui concerne les article de presse dans leur version électronique revient à faire une veille de presse automatisée, copié-collable en un fichier pouvant etre lu sur les ordis de nos entreprises. Mais la veille presse avec internet et tous les changements qui s'opèrent est devenue bien + qu'une simple veille presse car elle prend en compte notamment les avis des internautes qui peuvent s'exprimer en commentaires sur ces articles de presse

Avant: lorsque je faisais dans le temps les revues de presse pour une équipe de consultants, il fallait tourner les pages des quotidiens, photocopier les articles, émettre une newsletter etc... cela aboutissait le + souvent à une veille quelque part "statique": les articles étaient figés. Vint le temps ou la veille devint tout-en-ligne: avec factiva et pressed, il n'y avait plus besoin de tourner les pages des journaux, juste de regarder ses alertes mail, les mots clés étaient déjà repérés, il n'y avait plus qu'à qualifier et transférer....
bien sur je ne dis pas que la veille était + facile, plus rapide, ou plus contraignante, c 'était juste différent. une fois le lien et la mise en contexte transmis, le processus de veille était enclenché, la compréhension et l'assimilation de l'information s'opérait entre source et veilleur, ou entre source et consultant. Seulement aujourd'hui , la source n'est plus statique. Le veilleur doit surveiller une source en continue. je m'explique:
avant, les publications d'articles suffisaient à enclencher une alerte, réception, validation, diffusion, capitalisation.
maintenant, la publication reste bien sur un document à analyser, mais elle le reste en continue; l'article peut recevoir des commentaires à tout moment, l'article n'est plus statique.

C'est ce point là que je développe: les commentaires d'articles de presse, comme un renouvellement perpétuel dans le cadre d 'une veille d'opinion.

ce sous titre est peu être un peu exagéré. Mais la forte évolution de la presse en ligne ne nous laisse guère le choix: nous nous devons d'accorder une importance particulière aux commentaires des articles. Ce processus de veille est particulier.

* Toujours garder un œil sur un article: il peut rester "commentable" pendant des années
il est nécessaire d'automatiser la surveillance des commentaires d'un article, et ce à très long terme. en effet, un commentaire peut apparaitre très tardivement, quelques fois des mois ou meme une année après la publication de l'article initial ( peut être plusieurs années, mais je ne suis pas encore tombée sur ce cas extrème). je suis d'ailleurs souvent étonnée des commentaires si tardifs sur telle ou telle polémique. Suivant le sujet, les commentaires "tardifs" concernent des articles qui relatent soit un "problème", une "rébellion des consommateurs" ou encore un sujet politique contesté. Alors on observe plusieurs phénomènes:

- phénomène de "bouteille à la mer": "je suis désespéré, que faut il faire?" en espérant que quelqu'un nous réponde
- phénomène de "ça ne coute rien d'adhérer à vos propos": l' internaute publie un commentaire simplement pour appuyer les propos de l'article, mais sans rien n 'y apporter (souvent le cas lorsque la publication de commentaire n'exige pas d'inscription préalable)
- phénomène du "c'est insensé je ne peux pas laisser passer ça": internaute lis un article qui ne lui plait pas du tout et pris de révolte, exprime son indignation
- phénomène de celui-qui-ne-comprend-pas le concept ou qui n'a pas regardé la date de publication de l'article,lui est à la masse, (et il en faut pour faire une toile). - d'autres phénomènes etc.

* Les commentaires font partie intégrante de l'article: ils doivent être considérés comme éléments constitutifs de l'article
Donc en fait les commentaires sont postés par différents leitmotiv. Ils sont des approfondissements, des avis, des questionnement sur l'article et donc en font partie intégrante. c'est ainsi que l'article n'est plus statique mais vit véritablement le temps. Et ce serait une erreur des les ignorer. Car la veille presse en ligne est devenue veille presse d'opinion en ligne.
Mais tous les journaux n'adoptent pas la même stratégie de publication de commentaires. Certains les modèrent à priori, d'autres à posteriori, certains nécessitent ne inscription, d'autre non. Ainsi, le nombre de commentaire varie avant tout selon le sujet, selon les modalités de publication (inscription, anonymat....). les politiques de commentaires varient selon les journaux et font maintenant partie de la culture du journal en ligne.

* les commentaires jouent-ils sur le positionnement des articles dans les moteurs?
ceci est à vérifier car cela ne semble pas vrai pour tous les journaux, mais il me semble qu'un commentaire publié peut faire "remonter" le positionnement de l'article sur google et blogsearch. Ainsi, il peut remette a gout du jour une certaine actualité. Il peut aussi raviver d'autres commentaires (les premiers commentateurs souvent avertis par mail d'une nouvelle réponse à leurs commentaires) car il invite les lecteurs internautes à s'exprimer de nouveau sur cette problématique. l'invitation à ce débat "en retard" est vrai aussi pour les commentaires des blogs et sur les forums, mais concentrons nous sur la presse qui ne revêt pas cet caractère intrinsèque au format de publication utilisé, contrairement à ses compères blogs, forums, réseaux sociaux etc.
Ainsi, par ce phénomène d'intemporalité, le commentaire, même tout seul peut éveiller des opinions intéressantes.
- Une polémique peut reprendre: un simple commentaire peut en appeler un autre qques mois plus tard, puis un autre, puis un autre....la courbe des discussions peut être très allongée, très "aplatie", et le débat ne pas être vif, mais contribuer ainsi à un débat d'idée qui correspondrait à la longue traine des articles de presse en ligne.
- Un article peut améliorer son positionnement , grâce à l'actualisation de la page web. chaque commentaire provoque en effet une mise à jour de l'article. Ainsi, certains moteurs peuvent considérer que la mise à jour de la page correspond une fréquence de publication, et permet donc à un article de maintenir ou d'améliorer son positionnement. L'article augment donc sa visibilité.

* Mettre en place une veille spécifique pour les commentaires d'articles de presse.
L'article de presse est donc une source particulière qui doit bénéficier d'une surveillance particulière. cette veille contient idéalement:
- une alerte d'un nouveau commentaire (bien sur)
- une alerte d'une nouvelle lecture/ d'un nouveau vote, ou bien de toute modification ou évaluation de l'article si l'article en est doté.
Alors bien sur il est indispensable d'industrialiser cette veille. Si le nombre d'articles à surveiller est < à 5, o peut se contenter d'update scanner, le plugin de firefox, sinon au delà de 5 selon moi, et obligatoirement au delà de 10, il faut utiliser un logiciel performant et réactif à toute sorte de changement de l'article de presse.
l'industrialisation de la surveillance des commentaires d'articles de presse est selon moi le suel moyen de surveiller les ré actualisations des articles et même des problématiques en ligne. (toujours pas trouvé de moteur de recherche de commentaires)

* Particularités principales de ce processus :
- constitution et enrichissement d'un corpus au fur et à mesure de la publication d'articles.
- surveillance rétro- active, avec possibilité de revenir dans les propos d'un article passé (et les idées voire polémiques qu'il peut suggérer)
- veille presse "de base", couplée d'une surveillance accrue et donc automatiser des mises à jour de l'article.
Enfin, nous pouvons dire que la veille de la presse dans son ensemble (fond de l'article + positionnement dans moteurs + prise en compte des commentaires) trouve son efficacité dans le temps!

En Bref:
Il est indispensable d'adapter sa veille d'opinion à tous les supports pouvant être les relais d'expressions des internautes. dans cette optique, la veille d'opinion de la presse est spécifique par son appréhension, son format, la constitution de son corpus dans le temps, son efficacité et donc son dispositif dans l'ensemble. Il est nécessaire d 'étudier au préalable les types d'expressions pouvant se retrouver dans la presse et d'adapter la vaille aux caractéristique des ces expressions ligne.
Comme les autres "veille 2.0", offrant aux internautes la parole, tout sujet est susceptible de se raviver et donne exige une vigilance accrue afin d'être performant dans la détection des signaux faibles et dans l'analyse de ces commentaires.

vendredi, mai 16 2008

Quelles évolutions de la veille avec le web sémantique

je me suis un peu baladée sur la toile pour découvrir de plus près ce qu'était le web sémantique et ce qu'il pouvait apporter à la veille.
la veille peut elle devenir intelligente à l'image du web sémantique? Il me semble que la recherche d'information, première étape de veille, est la première étape du succès du web sémantique, mais qu'en est il pour la surveillance et la diffusion des informations?



Une recherches d'info pertinente
c'est la grande innovation du web sémantique: le moteur de recherche comprend la requête et donc se suffira à lui même pour ne soumettre que les résultats qui ont du sens pour la requête. En effet, une simple recherche permet de lier des informations pour le moment dispersées à travers différents formats, sources, bdd etc. Apparemment on perdrait donc le fameux "bruit" (qui nous gêne mais qu'on aime bien parce qu'on découvre d'autres choses aussi étonnantes qu'intéressantes parfois (*).
le WS pour larecherche:
- Lie les espaces: le WS lie les espaces. Il est capable de lier les informations et outre passer les simples formats, espaces, obstacles d'accès.
- Lie les thèmes: il propose l'approfondissement, de mise en forme d'information, de clusterisation
- Lie les antériorités: il connait notre passé de recherche, et sait nous orienter en fonction, une relation de confiance homme machine se construit

Un logiciel de surveillance à inventer
Il faut dire que les logiciels de veille pour le moment sont bêtes, et ils ont raison de l'être, parce que les langages utilisés sont eux même bêtes. Ils ne peuvent détecter l'intelligence ou l'importance de tel mot, qui proviendrait de telle source, écrite par tel forumer, et lier ces informations..... un algorithme peut répondre à ce besoin d'information, mais il est humainement paramétré et donc perd de son charme. Le WS, lui, intègre des éléments de liaison à sa conception, de façon structurelle, et c'est là la différence

En fait je ne trouve pas vraiment d'innovation possibles dans les logiciels de veille à la sauce sémantique. peut être que je n'ai pas assez d'imagination.....(?) mais j'ai l'impression que finallement ils s'adapteront à la techno du web, et se paramétreront en fonction. un peu comme si le logiciel restait "bête" et s'adaptait simplement aux langages... Tant que ce qu'ils ont à surveiller est du code, ils ont seulement à surveiller bêtement. sinon que pourrait on imaginer d'innovant et d'intelligent en la matière?

Exemples de fonctionnalités de veille à la sauce web sémantique
- alerter de l'apparition de nouvelles informations: la fonction première d'un logiciel de veille, déjà rendue possible par les outils paramétrés
- alerter de l'apparition de nouveaux espaces: mettre en place une veille "ouverte", existe aussi déjà
- restituer les informations sans bruit: la structure du web sémantique le permettra à la source

apparté: Si le WS est un web intelligent, pourra t il pour autant se substituer aux veilleurs?
La ce je ne sais pas, parce que même si les web est sémantique, même si les outils de veille sont sémantique, il faudra toujours quelqu'un pour paramétrer le logiciel, pour automatiser les requêtes, être alerté des résultats...non?

une diffusion d'information bien plus audacieuse
Il en est de même pour la diffusion de l'information: je ne vois pas très bien comment le web sémantique va révolutionner cet aspect de la veille. La diffusion de l'information permettra surement une interaction homme-machine, un apprentissage permanent entre les deux entités, en terme de clics et d'arborescence, mais également en terme de graphique, d'approfondissement, de connaissance de l'utilisateur etc...mais comme innovation en terme de diffusion, j'imagine + la restitution des infos avec des technos comme la réalité augmentée, selon moi + innovante et + intelligente

En guise de conclusion je dirait que la "veille du web sémantique" est facilitée dans sa démarche de recherche d'information. La surveillance et la diffusion en sont bien sur facilitées en conséquence mais ne semblent pas constituer des thèmes majeurs d'innovation dans le domaine.

Voici quelques outils croisés en chemin:
j'ai ouvert un twine public, on verra ce que ça donne, je ne suis pas encore convaincue de l'intelligence de l'outil, mais ça vient en pratiquant (j'imagine), des moteurs comme cluuz, true knowledge, swoogle, le groupe yahoo. et les sources indispensables pour suivre de + près cette révolution: site web semantique, site planete, le blog petites cases et nicolas cynober

Enfin, petit encart personnel, je voudrai signaler que grâce au web sémantique, je crois que je me suis réconcilier avec l'ingénierie documentaire, qui a longtemps été "une plaie" pour moi au cours de mes études (DUT de doc). je n'en veux plus au Dublin Core d'exister, ni aux "vedettes-matières", aux thésaurus et aux ontologies, car elles correspondent maintenant pour moi à une technologie web innovante bien réelle trouvant des applications concrètes.le web sémantique, c'est demain!

(*): d'ailleurs qu'en est-il de la serendipité et du web sémantique?

mardi, mars 11 2008

moteur de recherche spécialisé en veille

C'est dans un PPt de Frédéric Martinet sur les moteurs de recherches et le web 2.0 que j'ai découvert la possibilité de créer un moteur de recherche personnalisé. Cela faisait longtemps que j'y pensais, mais je ne savais pas que ça existait (bah non) alors autant dire que depuis aujourd'hui, j'ai envie de construire plein de moteurs!! :-)

Le google-custom-search-product :
- un moteur de recherche qui recherche parmi les sources que vous lui avez indiqué (2 options: parmi ces sources seulement, ou dans le web en privilégiant vos sources).
- Outil plus qu' utile lorsque vous savez que dans votre netvibes vous savez que vous avez vu une info et qu'il est impossible de remettre la main dessus! (ce qui m'arrive très souvent).
- OU aussi lorsqu'on recherche des infos sur un concept spécialisé en science de l'information ou en veille et que l'on veut exclure les sources non spécialisées.
- possibilité de partage du moteur, d'enrichissement collaboratif: Tout le monde peut demander à contribuer à ce moteur de recherche ou bien seules les personnes invitées peuvent y contribuer
- bref un moteur de recherche de sources qualifiées!
- fonctionnement très facile: inscription, intégration des sources, génération. Et hop! vous pouvez chercher parmi vos sources préférées!
- autres options comme widgets et autres

Le moteur de recherche spécialisé en veille a donc vu le jour aujourd'hui ! j'ai intégré 36 sources favorites, en mêlant les blogs traitant de la veille d'opinion et les blogs traitant de veille et de ses outils.

A terme,je pense faire évoluer le moteur en y intégrant des portails et autres sources, traitant aussi bien de l'IE que du KM, de la veille, de la doc etc...Si vous êtes intéressés pour consulter le moteur et participer à un projet de moteur de veille, c 'est possible en me contactant.

Lien: Le blog de google custom search

Autres outils qui me simplifient la vie et qui méritent notifications: pleegs (aussi la) et instapaper que je recommande à tous les veilleurs

edit: j'en peux plus quand je découvre des choses comme ca, ça m'enflamme, j'suis trop à fond et j'adoooooooooore mon boulot :-) :-) ;-)

edit 2: Si bous voulez consulter mon moteur de recherche spécialisé en veille: veille d'opinion: tendances et outils et voir le très bon billet de Actulligence pour en savoir + sur ce service!!

dimanche, mars 9 2008

actu: veille et conso

Je vous ai déjà parlé (ici ou la) de la veille d'opinion des consommateurs sur le web. 2 actus de taille : technologique et juridique....

veille et conso 1: Un dispositif plutôt innovant vient d'ouvrir:Avimust.

Une plateforme d'avis-vidéos mise à la disposition des consommateurs afin qu'ils donnent et valorisent leurs avis. Les blogs et les forums ont déjà nettement bénéficié de la vague d'expressions que le web offre à tous. La sortie de avimust, ouvre de nouveaux horizons grâce à l'édition d'avis sur des produits en vidéo. L'initiative est à suivre... Un des principal obstacle à première vue serait le temps de visionnage des vidéos. Doit-on regarder des minutes entières de vidéos pour connaitre un argument positif ou négatif sur un produit? Le texte, contrairement à la vidéo, permet de survoler les avis et de naviguer très facilement grâce à des liens hypertextes, ce qu'il n'est pas encore possible de faire avec la vidéo.

Le service pour l instant donc reste un outil secondaire, en complément d'autres services d'information sur les produits comme les forums et les blogs. Le point positif est l'explication visuelle du fonctionnement des produits. Une assurance pour un potentiel acheteur. Reste à savoir le principal, c 'est à dire la notoriété potentielle du service, son référencement, et sa capacité à intégrer les autres services destinés aux consommateurs.

Veille et conso 2 : les "faux avis " des consommateurs sont hors la loi par une directive européenne

(vu sur webreport): "Que Choisir, insiste dans son numéro sur un article de la loi passé un peu inaperçu, il s'agit de la transposition d'une directive européenne qui interdit les "faux témoignages, les faux avis", notamment ceux émis par les entreprises pour glorifier leurs services et leurs produits. Ils sont donc considérés par la loi comme des pratiques commerciales déloyales."

Eh oui sinon c 'est trop facile! Ci dessous quelques secteurs que la directive concerne directement:
- la veille d'opinion: plus de transparence dans les avis rendra-t-elle une veille et une analyse plus justes de l'état de l'opinion? La grande question "Faut il se placer en tant que consommateurs lambda ou enqueter pour connaitre les vrais leit-motiv des internautes?" trouve dans cette directive des réponses (tiens une bonne idée de billet)
- l'IE: les professionnels de l'intelligence économique: la guerre de l'information via les plateforme de consommateurs est bien plus restrictive. Les professionnels pratiquant ces actions offensives vont devoir revoir leurs copies...
- Le marketing et l'image de marque: les avis seront normalement tous véridiques....l'image des marques en sera renforcée
- Les plateformes d'échanges d'avis des consommateurs: les éditeurs sont ils tenus de délivrer des informations sur les pratiques dont ils peuvent avoir connaissance?
- Les consommateurs eux-mêmes (quand même): leur pouvoir leur est rendu.... :-)

autre infos :

Réseaux et vidéos: l'explication en french de seesmic sur le blog de thomas clément: une plateforme mixant vidéo et réseau social,à l'image de ces nouveaux services exploitant les technologies vidéos.
Information et veille: autre info plutot professionnelle, un livre blanc sur la qualité des données dans l'organisation disponible pour l'instant je ne l ai que parcouru, mais il m'a l 'air très bien.
information et blogs le journal du blog, lancé début 2008, est vite devenu une nouvelle référence à netvibser!

vendredi, février 8 2008

profusion d'information = séléction- january

profusion d'information sur le web ces derniers temps à propos de la gestion de la réputation! certains disent que c'est à la mode, je penche plutôt pour une prise en compte de plus en plus forte des risques que peuvent comporter l'ignorance de ce média.
Et même si de plus en plus de sources traitent de la problématique, il y a certains éléments que j ai envie de partager avec vous

Pour January, je récapitulerai les informations e-réputation et veille d'opinion en 2 éléments principaux (pour les autres éléments, une recherche blogsearch sur la "e-reputation" suffira à assouvir les besoins d'information!:
- le yahoo pipes de nicolas chazaud, essentiel pour la veille sur ces problématiques!
- La cartographie de webilus: service 2.0 et identité numérique, qui offre un peu de fraicheur dans le traitement de l'identiuté on line

Je note quand même deux articles qui, même s'ils n'apprennent pas grand chose pour un professionnel de la veille et de la réputation, ont au moins le mérite d'exister et de considérer le sujet dans une globalité propre:

- le ppt de M2IE sur la gestion de l'image de l'entreprise qui offre un panorama assez juste des éléments à prendre en compte dans la globalité de la gestion d'image sur le web.
- le post de réputation anxiopole sur le personnel branding
voila mes sélections, riches en HVA ! (si on les utilise pertinemment bien sur)

dimanche, janvier 20 2008

Veille 2.0 ??

J ai recherché auprès de Google comment le terme « veille 2.0 » était utilisé. J’ai dressé une liste des emplois de ce terme. (Seulement 144 résultats chez M’sieur Google en expression exact, c est vraiment tres peu !) Petite synthèse des résultats :

  • On appelle veille 2.0 un système qui permet de surveiller des sources grâce à des outils de lecture ou de gestion de flux rss/ de bookmarking social (digg like, del.ic.us) /de tags (ici, très bon dossier d’étudiants de l’EDB), et (la)
  • On fait aussi de la veille 2.0 lorsqu’on veille des sources 2.0.
  • C’est aussi lorsque l’on fait notre propre veille sur les nouvelles technologies en général... tag et tag
  • Quelques fois la veille 2.0, c est bien plus, c’est se rencontrer en live autour du web 2.0 
  • Parler de « veille web 2 », est plus correct, mais bcp moins fun et moins mode.
  • On fait de la veille 2.0 lorsqu’on surveille les réactions / les opinions des internautes en ligne.

Cette liste donne un aperçu des facettes du métier de veilleur à l’ère du web (2.0)
Ce terme fait état de toutes les dimensions du web, des outils qui aident à la veille, et de la veille d'opinion qui d'intéresse au espaces participartifs, donc web 2.0. La boucle me semble bouclée!

A mon avis, toutes ces utilisations du terme sont bonnes. Les métiers du web suivront sans cesse l’évolution de leur support métier. La veille est un métier qui peut/doit épouser toutes les facettes des espaces qu’elle surveille et s’adapter aux modes et aux mouvements sociologiques. La question qui normalement se pose est « est-ce qu’il faut normaliser ce terme ? » au même titre que le web 2.0 qui fait –encore- débat. La communauté doit elle se mettre d’accord sur ces termes ? Faut-il le définir ce terme? ou l'oublier?

Edit du 28/04: she's done it! retrouver le blog de Marie Mulé sur la veille "avec des vrais morceaux de web 2 dedans"! http://www.veilledeuxzero.fr Longue vie !

lundi, juillet 30 2007

Focus sur la veille de crise d'opinion: "parce qu'anticiper, c'est déjà réagir"

Etablir une veille d'opinion, c'est avant tout savoir quel est l'objectif de la veille: connaitre votre réputation on line, detecter d'éventuelles crises d'opinion, connaitre les sujets qui interessent vos internautes ou bien meme mesurer un buzz. Chacune de ces veilles exigent des ressources et des méthodes spécifiques. Petite synthèse aujourd'hui sur la veille comme outil anticipateur d'une crise, ce que j'appelle "crise d'image", mais peut etre avez vous un terme plus adapté (ou peut être faut il que je le créé?)

objectif: anticiper une crise d'opinion.

exigence: de la rigueur!

Il est indispensable pour une entreprise de veiller aux posts des bloggeurs. En effet, un billet relatant une mésaventure peut provoquer une indignation de la communauté. Gare aux problèmes techniques, aux discriminations, aux indigestions! Comme évoqué ici ,le bouche à oreille fonctionne à merveille lorsqu'il s'agit de mauvaises nouvelles (et on a tous choisi un operateur ou une purée en fonction des vécus de notre entourage). Il faut donc veiller activement pour trouver les informations qui nuisent à votre société. Les grandes sociétés en général sont les plus touchées. On pense bien sur aux opérateurs internet, mais aussi aux banques, aux transports, à l'administration (le secteur publique n'est pas épargné), "et al".

Comment? en reperant les influenceurs ... de votre corps de métier bien sur, mais aussi en surveillant tous les influenceurs (autant que possible!). Car en effet, l'auteur du blog de cuisine peut évoquer sa mésaventure avec son opérateur, avec la SNCF, avec les grèves, ou les manifestations qui lui ont "gachés sa journée". Dans ces cas là, la virulence est de mise. Le blog permet à tous de poster son "coup dur" du moment. Il faut donc être très vigilants au delà de son secteur d'activité.
Mais vouloir surveiller tous les blogs est une utopie. Il est donc indispensable à mon avis de surveiller régulièrement les moteurs de recherche pour anticiper une éventuelle remontée d'information. Pour surveiller les blogs dits "influents", vous pouvez vous aider des multiples classements de bloggeurs, comme ceux de Technorati, Wikio ou Criteo.

Attention! Une crise n'est pas forcémment un buzz. En effet, l'interet des influenceurs, c'est l'audience (au sens large car ce concept se discute) qu'ils génèrent. L'information peut ne pas etre reprise par d'autres blogs, mais des millers de personnes peuvent l'avoir lu. L'essentiel n'est donc pas de savoir ce que les personnes écrivent ou reprennent, mais bien ce qu'elles lisent. Un blog personnel avec peu d'audience a peu de chance de se faire entendre comparé à un blog influent. Ou plutot, le blog influent a plus de chance de se faire entendre qu'un blog non-influent. Un seul post avec 150 commentaires peut avoir plus de poid qu'un buzz...

Quels outils?à vous de voir, selon les compétences, le budget, le périmètre de veille, le service du rattachement de la veille...à l'image du web 2.0, il est difficile de généraliser un tel sujet.

Ne négligez aucune source! les blogs bien sur, mais aussi les wikis, les espaces collaboratifs et publics, les portails d'expressions citoyennes....
Ne négligez aucun format! les vidéos, les podcasts audios, les dessins (animés ou non) . Il serait en effet dommage de mettre en place un tel dispositif et qu'un "moustique" vous échappe...et vous pique ("un webopic"?)

D'un point de vue traitement de l'info, la pro activité et la rapidité de transmission sont les maitres-mots. Ces deux capacités feront apparaitre la performance de votre service de communication ou de relations publiques.


Si ce billet vous plait, vous pouvez me laisser un commentaire. Je souhaite donner des pistes de refléxions et de conseils techniques pour ces types de veilles, et réfléchi déjà au prochain billet (sur la réputation on line, sur la veille concurrentielle à travers le web 2? qu 'en pensez vous?)

mercredi, juillet 11 2007

typologies de buzz

Ce qui me plait dans la veille d'opinion et le buzz marketing, c'est l'analyse de buzz (et des rumeurs bien sur)... qui a lancé cette info? qui la reprend? quelle est le chemin de vie d'un buzz? pourquoi se répand il et comment? par qui passe-t-il? forcement par des influenceurs? qui verifie la source de la source avant de divulger l'information? Dans ce billet, j'expose les 3 sortes de buzz auxquelles j'ai été confrontée, et qui m'ont passionnées...

Lire la suite...

jeudi, juillet 5 2007

réflexion sur les sources de veille d'opinion

En veille d'opinion, et face à l'abondance des sources sur le net, je me pose quelques questions sur les sources à analyser .Deux solutions:

  • Veille la plus exhaustive possible: pas de sources prédeterminée, on prend tout grace à des moteurs
  • Veille uniquement sur les influenceurs: des sources prédeterminées et un logiciel pour surveiller.

cela fait plusieurs mois que je cherche, recoupe et réfléchi sur les problématiques de veille d'influence et de visibilité des blogs dans la blogalaxie. Je voudrai prouver par a+b que 20 % des blogs sont lus par 80% des la population. Est ce possible? ....une petite loi de Pareto (parait il) serait la bienvenue. Et meme ca m'arrangerai d'arriver au ratio 2% - 98%.
J'ai eu quelques pistes, notamment et (tres bon blog d'ailleur), très interressant et ca me permet d'affiner mes recherches.
La veille d'opinion doit elle se contenter d'étudier les influenceurs? doit elle etre exhaustive?. je souhaiterai davantage la premiere solution, mais un rique d'opinion et de réputation émane aussi souvent d'un blog personnel banal et sans beaucoup de lecteurs (j'ai pas d'exemple en tete, mais ca arrive). Alors faut t il tout surveiller??

autre reflexion, comment évaluer l'émergence de signaux à riques? certains outils le permettent (notamment les linktrakers de Blogpulse), mais ne font qu 'indiquer qui à repris ou trackbaké une info. Peut etre existe til des outils "tendantiels" (des outils qui scan tout tout le web, en fonction des sources et des commenatires , pour une marque et qui livre une tendance. Pour les telecom, j'avais trouvé Vozavi qui de plus offre des tendances thématiques; (mais quel est leur algorythme et comment en arrivent'ils la?). Puis j'avais abandonné cette idée de "global tendances".
et m étais remise à l'option des "influenceurs". J'ai commencé et aussi presque fini de cartographier avec MindModo les sources influentes et les rédacteurs des sources. Ca rend pas mal....

si vous avez des postes ou meme des liens à me fournir, pour m'éclairer ...merci

samedi, juin 30 2007

les blogueurs parlent aux entreprises

je viens de répondre au billet de cedric giorgi "mais qui etes vous donc" et je trouve cette initiative forte intéressante puisqu'en parcourant les autres commentaires et en cliquant sur les liens, j ai découvert le blog superFiction, et en parcourant (encore) ce blog, je suis tombée sur le blog Vous et Nous, un blog qui "permet aux blogueurs de parler aux agences". Initiative tres sympa de la part des agences de buzz qui donnent la paroles aux premiers concernés. Comme le dit superfiction, "mais le site ne pourra acquérir une certaine légitimité que s'il est massivement soutenu et enrichi". Le blog permet aussi d'identifier les agences de buzz, dont six&Co.

jeudi, juin 28 2007

les outils web 2.0

comme je le dis, il vaut mieux avoir un outil utilisable que 2 ingérables (ou quelque chose comme ca!). Je teste pas mal d'outils, mais en utilise peu finallement, car les outils demandent un investissement humain pour pouvoir les apprécier à leurs justes valeurs. Je teste, j'évalue, je connais...mais utilise peu...!

C'est jacques Froissart qui a lancé cette initiative et je ne résiste pas à mettre mon grain de veille..!

voici quand meme ma liste de service 2.0 que j'utilise:

  • Pour communiquer: yahoo mail ! (mais qui commence à être sérieusement spammé), Gmail (pour les infos de moyenne importance!), MSN (pour tout)
  • Pour veiller: netvibes (indispensdable pour commencer ma journée), Wikio (en fin de journée)
  • pour m'organiser avec mes potes: Google calendar
  • pour gérer mes flux: netvibes aussi
  • pour gérer mon réseau: Viadeo (depuis toujours), LinkedIn (depuis peu), Ziki
  • Bookmarks: del.ic.us
  • pour l'audience de sites: mon hebregeur?
  • pour Blogger: Dotclear (m'arrache les chveux!)

voila, c'est à peu près tout....
Voici la démarche à suivre pour faire suivre cette chaîne:

1 : faire une note sur votre blog reprenant votre propre liste et l'usage que vous en faites,
2 : la signaler dans les commentaires sur cette note du blog Altaide,
3 : proposer à trois de vos relations de faire la même chose,
4 : nous compilerons ensuite les résultats pour publier la liste des services les plus utilisés (sous entendu ceux dont vous vous servez réellement).

et j'invite, erwan, et geted à faire de meme....

mardi, juin 26 2007

nouveau Blog Watching The web

Je vous fait part d' un tres bon blog sur les tendances du web, appelé Watching The Web.Un blog fort intéressant, réalisé par des pros du secteurs. C'est tout nouveau,c'est "convergent" (avec des titres +++ =, allez voir pour comprendre). Un billet que j'ai trouvé très interessant est le billet sur les Relations Publiques, (Contenus + influence + communauté = relations publiques nouvelle version) mais il y a aussi d'autres thèmes comme "libre pensée" et "innovation/web".
C'est aussi un peu de pub pour l'auteur Romain Pechard, consultant dans une filiale de Fullsix , como mi ! bonne lecture à vous et bonne vie a ce blog!

vendredi, juin 15 2007

completement dépassée....

je suis completement dépassée par tout ce que je lis, tout ce que je fluxe....

Lire la suite...

lundi, avril 9 2007

la pertinence plus que l abondance

c'est une de mes regles d'or de l'information, des infos pertinentes valent mieux que des infos nombreuses. c'est pourquoi dans mes tags il n y a que peu d'infos, mais toutes sont pertinentes (à mon avis, et pour ma petite personne). car il y a notamment beaucoup de blogs qui recensent des blogs qui recensent des blogs.donc je dis non. c'est pas comme ca que ca marche.

Lire la suite...

dimanche, février 25 2007

la TV 2.0...elle est personnelle et mobile

nous avons réalisé une étude sur les nouvelles télévsions! c'était tres sympa comme sujet, mais aussi tres sympa de découvrir tous les sites de vidéos-télévisions, le ssites de vidéos personnelles; les sites dédiés aux programmes pour mobiles.... (en plus de dailymotion ou youtubes, qui finallement ont deja un coté has been!!!) de WAT à canalc2, la TV2.0 a de beaux jours devant elle!


voic l intro de notre synthèse sur les technologies (que je mettrai en ligne si nous avons une bonne note bien, sur, et ce qui sera surement la cas...éh éh ) Je dois ajouter que cette étude a été réalisée en rapport avec notre cours de "Psychologie de l'Innovation", et donc qu'elle porte sur la psychologie de ces innovations.


Lire la suite...

lundi, décembre 11 2006

le web citoyen

le web citoyen est pour moi la nouvelle et inévitable voie d'expression des consommateurs. à travers les blogs et les wikis, ils s'expriment librement et directement. L'explosion de ces formes d'expressions (le Web 2.0) entraine un changement des forces en présences pour les opinions publiques. La presse n'est plus la seule à faire foi, les associations de consommateurs non plus.
Ce n'est pas que je suis contre la presse ou les médias classiques, c'est que je pense qu'ils ne reflètent plus les opinions publiques. Ils ont été longtemps maitres du savoir et ont du mal à s'adapter aux NTIC. Grace à des logiciels perfomants (datops, Digimind, KbCrawl...), on peut surveiller les tendances des consommateurs et leurs opinions à travers les blogs, wikis et forums de discussions. et c'est CA qui est intéressant, c'est CA le nouveau journalisme à mon sens, ie refléter les prises de positions des uns et des autres mais aussi et surtout les opinions des citoyens.
Un de mes professeurs avait fait une étude quantitative des sujets abordés en politique à travers les forums et le resultat est vraiment surprenant...demain je retrouverai au centre de doc cet article qui vous n'en croirez pas vos yeux est assez parlant....