Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - veille de mobilisation

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, novembre 3 2008

Veille d'opinion et pétitions en ligne

les pétitions en ligne sont un des moyens pour les internautes de se rassembler dans le but d'être les plus nombreux possibles, et de peser dans des décisions de tout ordre.

Quelques sites (liste non exhaustive):


La mise en ligne des formulaires de pétitions permettent une propagation et une adhésion rapides:

  • d'obtenir des signatures de façon très rapide
  • de faire relayer cette pétition avec un simple lien
  • d'obtenir des témoignages lorsque certains sites de pétition le permettent

La circulation de l'appel à signature d'une pétition est très rapide, grâce aux liens hypertextes,

  • sur internet (mail, newsgroups): un simple clic pour accéder à la pétition en ligne
  • sur un site web : blog consacré à la polémique ou non
  • sur un réseaux social (facebook)

La signature de la pétition peut s'accompagner ou non de documents complémentaires explicatifs ou de témoignages

  • d'une explication détaillée de l'objet de la pétition
  • d'un document à télécharger
  • d'un lien vers un site web détaillant les objectifs de la mobilisation

Les pétitions en ligne sont simples, rapides à créer, rapides à signer.
Elles sont un moyen simple de prendre parti et de donner son soutien à une bonne cause.
les pétitions en ligne sont de très bon moyens de mesurer l'activité d'un groupe de personne se battant pour une cause. L'activité numérique est un élément fondamental de la progression des mouvement d'opinions.
Il existe, je pense, des pétitions sur tout.....(en fait, de mes courtes recherches de 10 minutes, je n'ai pas trouvé d'absence de pétition sur un domaine..... ).

la veille sur les pétitions permet donc de prendre le pouls de la mobilisation pour une cause. L'élément "pétition" dans une veille est un élément indispensable de compréhension des mouvements d'opinions et de mobilisation en ligne.

Il se trouve que les pétitions en ligne peuvent sembler menacées par l'arrivée des groupes facebook. S'inscrire à un groupe, c'est soutenir, au même titre que la pétition, une cause. de nombreux groupes d'ailleurs comment par "Pour..." ou "Contre..."
Je tente ci dessous de lister à la volée quelques forces et faiblesses de ces deux outils de mobilisations bien différents mais aux vertus similaires:

Forces de facebook:

  • instantanéité des informations de son entourage
  • simple clic pour accéder à la page de pétition
  • simple clic pour rejoindre ce groupe
  • "mur" pour les témoignages, forums, photos et vidéos.
  • réseau social à part entière

Faiblesses de facebook:

  • peu d'engagement réel de la part des signataires
  • quitter le groupe est aussi facile que de le rejoindre
  • peu / pas de crédibilité auprès des décideurs
  • population jeune,

Forces d'une pétition en ligne

  • implication du signataire
  • crédibilité à l'égard des décideurs
  • accessible à tout internaute, facilité d'utilisation
  • pas de réseau social attaché: objectif "pure player"
  • indépendance de la pétition vis à vis d'un site de contestation.

faiblesses d'une pétition en ligne:

  • tout ce que permet un groupe facebook , énuméré ci dessus !!

Avec ce listing des forces et faiblesses des moyens de signatures en ligne, on considère deux grands types de mobilisation en ligne, qu'il faut de toute façon veiller pour prendre la température de la mobilisation.


J'ai l'impression, après avoir &écrit ce billet, que Facebook modernise la pétition mais en même temps la décrédibilise..... certes ce deux types ne s'adressent pas au meme public, mais les ressemblances en terme de fonctions sont bien similaires....je creuserai donc ces thèmes dans prochain billet...

veille d'opinion et intelligence territoriale

La veille d'opinion s'immisce dans une démarche d'intelligence territoriale. (intelligence territoriale: intelligence économique appliquée à un territoire comme chacun peut le deviner)
La veille d'opinion appliquée aux acteurs d'un territoire quel qu'il soit (bourg/ quartier/ ville/ industriel/ restaurateur/ maire/ syndicats...) permet de connaitre les tendances locales, indispensables pour la gestion de son projet politique/ industriel/ commercial.

Des territoires d'expressions
En effet, sur les sites de consommateurs, on peut déjà donner son avis sur sa ville, par exemple sur ciao (plateforme d 'avis de consommateur la plus connue) Angers, sur Erquy ou Figeac

Il existe aussi d'autres sites qui font leur apparition depuis quelques années comme peuplade , ou la rubrique "et vous" de paris et vous, qui offrent une plateforme de blogs locaux.
Parmi les plus connus des blogs "citoyens", il y a aussi bien sur le bondy blog, et ses déclinaisons pour Marseille, Neuilly et Dakar. Nul doute que ces plateforme sont amenées à se développer.

les parties prenantes de politiques de la ville ne sont pas en reste, avec les blogs des syndicats professionnels, des blogs tout aussi locaux. j'ai remarqué que les blogs des syndicats étaient peu commentés. mais ils ont au moins le mérite d'exister et de pouvoir accueillir les réactions des internautes.
Un des exemples de blogs bien sur à nommer ici aussi est le blog monputeaux, qui a acquis une notoriété nationale, mais qui a commencé avec une ambition tout à fait locale.
voilà une typologie non exhaustives des espaces d'expressions 2.0 qui compose l'espace informationnel d'un territoire (Qui veut bien faire une carto des typos des plateformes locales d'expressions de consommateurs et citoyens??)


Des citoyens on line
Les citoyens s'expriment à peu près sur tout...même si les régions sont inégalement doté d'accès haut débit, les citoyens sont susceptibles dans les campagnes (et à coup sûr dans les villes), de s'exprimer et donner leurs points de vue, sur les projets industriels, sur les délocalisations et négociations, sur la dernière réunion à la mairie, pour informer les riverains, pour tenter de peser dans les négociations, pour donner accès à des pétitions en ligne, pour s'exprimer sur la vie de quartier, sur les décisions des syndics de copropriété, pour se rassembler, pour échanger des bons plans, pour conseiller un restaurant, en déconseiller un autre...
Autant de sujets de discussions, qui localement, ont un poids fort pour les internautes.
Les nouvelles technologies délivrant aussi de l'information de proximité, les citoyens sont libres de s'informer, de comparer, de donner leur avis, de participer, d'entrer en contact avec leurs voisins, beaucoup plus facilement qu'avant.

Une veille "locale"
Il faut donc prêter une certaine attention à ces territoires d'expressions citoyennes. et ce, en vue de plusieurs objectifs:

  • Écouter le concitoyen et ainsi prendre en compte son avis, prendre la température des internautes sur un projet locale écouter aussi pour se donner des idées, mais aussi pour faire des réunions in RL afin d'exercer un dialogue nécessaire à la vie locale.
  • Permettre de sonder un peu plus les opinions des habitants de quartier, éviter une pétition en ligne, un forum de contestation. Ceci dans le cas de ce qu'on peut appeler une crise d 'opinion publique (locale).

  • Avec les mairies, les régions et l'administration territoriale dans son ensemble, mettre en place un espace de dialogue via des espaces de discussions interactif est un des moyens pour nouer des relations d'intérêts communs avec les internautes.


D'une certaine façon, connaitre son territoire en ligne, c'est connaitre les mouvement d'opinions des territoires in RL!
(à suivre surement: la veille d'opinion et les pétitions en ligne, la veille d'opinion appliquée aux restaurants, les outils d'expressions des groupes Nimby)

lundi, mars 3 2008

La "conso-connection" encore à ses balbutiements

Voici une carte assez sympa illustrant les marques sur une map du monde. dans le contexte politique du pouvoir d'achat, avec les actions signifiantes de Leclerc et Auchan, une carte comme celle ci est plaisante à regarder. les consommateurs ont tellement à dire sur tellement de marques!! ces derniers temps les distributeurs eux- mêmes se sont positionnés comme des portes voix des consommateurs.
On pourrait croire un instant à une confusion des rôles, mais en regardant cette cartographie des marques , on revient sur terre, et non, les desseins et les moyens des deux parties sont radicalement opposés. La carte peut être lue sous différents angles, j'ai choisi de développer l'angle du consommateur: les connections entre consommateurs qui grace au web pourraient à l'avenir rétablir l'équilibre des forces en présence.

la carte représente les "corporate connection" des grandes enseignes, i.e. les liens qui les lient entre elles.

(vue ici, grâce à outils froids) Mais en adoptant un regard de consommateurs, elle illustre aussi:

La conso-connection: (ou la "consumer-connection") Toutes ces marques (ou presque parce que je ne les connais pas toutes et n ai pas fait de recherches sur toutes) font du B2C. Elles sont autant d'occasions de critiques et de mécontentement de la part des consommateurs. J'entend par "conso-connection", les techniques et services qui permettent aux consommateurs de tisser des liens durables entre eux afin de pérenniser leurs actions. Les "connections" sont pour les consommateurs, de nature d'un échange d'information. En effet, les consommateurs n'ont pas les facilités d'accès aux informations pratiques comme économiques, sociales ou financières, comme les grand groupes. Ils ne sont que très peu liés entre eux et "ne font pas le poids" face à de puissantes entreprises, liées entre elles. Car leurs liens sont leurs forces. Les consommateurs n'ont pas, eux, des moyens de se lier comme elles le font. A moins que....

la force du web pour les consommateurs: On remarque que la force de la carte tient aussi sur un fond de carte du monde, représentant les continents. La représentation des éléments sur une carte du monde est elle une mode? je ne sais pas. Mais ces types de carte m'inspirent une force internet sans précédent. le web est bien l'information sans frontières, les relations sans frontières. Les consommateurs nouent des relations également sans frontières...notamment lorsqu'il s'agit de se regrouper afin d'établir une force contre un géant. Les consommateurs internautes utilisent déjà bien sur le média internet pour comparer et s'exprimer, mais que leur manquent-il pour unir, fédérer, associer, partager leurs forces?

La "conso-connection" encore à ses balbutiements : Les adresses de site "boycott-la-marque.com" ou encore "anti-la-marque" ont montré leurs limites. Leurs portées étaient pourtant mondiales. Mais les consommateurs sont très imaginatifs, et des "anti-telle-marque" peuvent se trouver facilement sur facebook (par exemple) fédérant d'autres consommateurs du monde entier. reste à savoir quel impact les actions de ce type provoquent sur l'image de la marque et si ces actions sont constructives et pérennes. les "corporate connection" de cette carte sont des liens forts, encrés dans les cultures des entreprises.



Ainsi, en suivant le modèle de liens développés par les entreprises corporate, les internautes pourraient grâce au web, construire des "conso connection", pérennes et fiables, faisant poids, afin que l'équilibre "consommateurs -entreprises" soient rétabli dans ce monde.

Finalement, on peut dire que cette carte des marques est une illustration poignante de l'exposition des marques sur un internet mondial. La "consom'action" deviendra mondiale grâce à des "conso-connections", rendues désormais possibles...

jeudi, février 21 2008

quel est le comble de ....

....la web réputation? >> réponse: c'est de l'avoir mauvaise.

un petit buzz négatif se déroule depuis ces derniers jours sur la toile, à propos du terme "web réputation", détenue par la société Hington Klarsey qui a déposé le nom de domaine web-reputation.com. je n'ai pas l'habitude de relayer les buzz, mais la je me sens concernée vu que j ai acheté le nom de domaine veilledopinion.fr en début d'année.

Du coup j'ai fait des recherches sur le terme "veille d'opinion" et je crois que c est bon personne ne va me tomber dessus, enfin j espère...(Concurrents, soyez sympa ne m'attaquez pas on pourra s'arranger :-) )

pour retracer l'histoire qui agite la blogosphère, lisez les posts de crise de comm, de guim et bien sur des intéréssés Jacques Froissart, mrboo et Mathilde.

L'histoire est passionnante car une société spécialisée dans la web réputation qui crée autour d'elle un buzz négatif dans la blogosphère est plutôt surprenant.

Si la stratégie à long terme est de montrer que toute web réputation peut être modifiée, ou en tout cas gérée nous pourrons donc bientôt apprécier leur travail....

voici quelques indicateurs d'évaluation de leur travail:

  • plus de mentions de cette histoire dans google, ou au moins pas dans les 20 premiers resultats (c'est pas gagné)
  • que leur site soit au moins référencé dans google avec la requête "webreputation" (toutattaché)
  • que leur site soit placé avant les posts du nouvel obs, de palpitt, de zdnet et O1net, pour les requetes google web reputation


Voila 3 objectifs qui pourront tester le travail de ce cabinet.

Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés, dit-on....

dimanche, janvier 6 2008

quand julien courbet est débordé...

J'ai regardé ce week end un morceau de l'émission de Julien courbet. J'aime bien cette émission parce qu'elle représente le schema classique et desespérant des consommateurs/ victimes contre les instituions (et les consommateurs gagnent avec julien, bien sur :-) . Quelles sont les forces de l'émission? ou plutot quelles sont les forces du web pour répondre à des demandes similaires?

Le +: La notoriété de l'émission
Alors bien sur, la premiere force de l'émission est sa notoriété. Elle joue aussi un role de défense de consommateurs, elle a une grande équipe...mais surtout elle est programmée sur une chaine hertzienne, et regardée par des millions de téléspectateurs! (ce que les associations de consommateurs n'ont pas). Sa force est aussi l'effet de surprise d'un appel telephoniquee, nous y reviendrons .

L'émison de julien peut résoudre des affaires individuelles (comme la dame à qui des chirurgiens avaient oublié une compresse dans son ventre), et qui peut etre n aurait pas été indemnisée à ce jour si juju n avait pas été là. elle devait accoucher d'un petit garcon, et le plus beau jour de sa vie est devenu un cauchemard. Je prendrais cet exemple dans la suite de mon post.

enfin, il faut admettre que face à une injustice, et par ironie ou revolte, on voudrait faire appel au gentil julien et à son équipe pour resoudre nos problemes... tout le monde le connait, et tout le monde lui fait confiance.Il est notre chevalier national.

Le -: victime de son succès: beaucoup de demandes, surement

Mais que faire lorsque Julien est débordé?? commencer sa révolte...on line...
Dans l'émission de julien, aucun nom, aucun visage n 'est dévoilé, dans le but bien sur de preserver l'anonymat (et donc peut etre la réputation) des parties prenantes (hormis la victime qui veut bien témoigner). (Alors que personnellement, j'aimerai bien savoir à quelle clinique l'histoire s'est passée.... ce serait meme un "droit de savoir").

de ce point de vue (mais je ne connais pas suffisamment la legislation on line pour affirmer totalement mes propos), la cyber-revolte n est pas autant encadrée qu'à la télé et donc permet de donner nos avis sur des marques, et des personnalités. Le web permet une libertée d'expression exceptionnelle pour le citoyen, et pour la victime. Et là, nous pouvons faire quelque chose, pauvres victimes que nous sommes.Nous avons un outil d'expression qu'il faut savoir utiliser!
Pour en revenir à notre dame-à-la-compresse, qu'aurait t elle pu faire (ou qu aurais je fais à sa place, plutot)

Voici la démarche que je propose.

  • avant tout, je me mettrai à jour quant à la legislation des sites "boycott-clinique-truc.com", "anti- clinique truc.com", "attention nulle clinique truc.com", et si la loi le permet, déposer les noms et tout... (qu'en est il de ces histoires de noms de domaines?).
  • créer le blog racontant mon histoire
  • poster mes avis sur les forums ciao, aufeminin, doctissimo ...
  • faire une vidéo sur youtube daily motion (et autres)
  • créer un groupe facebook (et sur d'autres reseaux)
  • Pour ma part et pour le cas de la dame-à-la-compresse, je n'hesiterai pas une seconde à citer le nom de la clinique et meme le nom du médecin pourquoi pas (parce que je suis une victime tres enervée, j 'ai perdu des milliers d'euros, et ma vie a étébousillée...c 'est l'horreur)

L'expression en ligne me permet

  • de trouver des cas similaires au mien
  • de m'unifier (via un forum, un blog) avec d'autres victimes
  • de faire connaitre "au monde entier" mon malheur et mon desespoir
  • d'être soutenu par d'autres (ce qu'attendent beaucoup les victimes)

En parallèle je fais appel à des associations de consommateurs. Mais comme pour Julien, elles sont débordées. Mon cas passe inaperçu.

deux suites à l'histoire:
- suite 1: les avis négatifs et la mobilisation on line ne portent pas leurs fruits. Mais en perseverant et en postant régulièrement des avis, et selon le phénomène de la longue traine, la carrière du chirurgien bat de l'aile et la réputation de la clinique est de pire en pire. je patiente. je recueille à long terme des témoignages. Je suis soutenue, je ne suis plus seule. Je continue aussi mes actions julien courbet et UFC. Ca avance. C'est au moins ca.

- suite 2: le scenario bien ficelé veut qu'un buzz se créé (j'y crois). effervescence du web, puis effervescence des médias....(bon bien sur il faut supporter la pression médiatique). L'affaire, tres mauvaise pour la clinique et pour le médecin, toutes les parties prenantes sont ok pour que l'affaire se règle au plus vite en indemnisant proprement les victimes... c'est gagné.

Pourquoi le web gagne -t-il des points face aux associations de consommateurs? De plus en plus, les entreprises, et les marques savent maintenant quelles peuvent etre les conséqueces d'un mauvais articles à leur égard ou une étude comparative de produit.. Elles y sont préparées, finallement. Elles connaissent l'impact de l'étude sur leur image, et enclenche le "code rouge" pour y remedier à coup de comm et de RP, tout simplement.
Les UFC et autres sont donc "out" dans ces histoires particulères de victimes car c'est L'impossibilité de controle des avis de consommateurs, comme les appels de julien, qui sont les faiblesses des entreprises de service.

En conclusion, le web permet aux victimes de se fédérer et de se soutenir. meme si la cyber-révolte ne m'indemnise pas, elle m'aide à tenir. et avec de la patience, elle peut etre un formidable outil d'ouverture à la négociation.