Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, septembre 2 2009

veille de e-reputation et veille d'opinion


kamablog_difference_ereputation_veille_opinion_2.jpg Cela faisait longtemps que j'avais envie d'écrire un billet sur les nouveaux métiers qui découlent du web social. En écrivant un commentaire tout à l'heure, je me suis dit que je "tenais" les mots pour expliquer ma vision du marché, à travers deux métiers, proches mais différents: la veille d'e-réputation et la veille d'opinion.
Tout d'abord, je précise que je je parle ici d'une même discipline: la veille, appliquée à deux champs : la réputation/ image de marque d'une entreprise d'une part, et les opinions sur les entreprises d'autre part.

Ce billet est volontairement simpliste, voire caricatural, car il permet, à mon sens, de bien noter les principales différences entre ces deux métiers.

C'est en quelque sorte une première approche pour ceux qui ne connaissent pas bien le domaine. La veille de réputation et la veille d'opinion ont notamment en commun le fait que leur terrain de jeu est le web social. Voici quelques précisions sur les principales différences:


Veille de e-réputation:

  • La veille de réputation fait appel à l'étude des premiers résultats de requêtes sur les moteurs de recherche
  • La veille de réputation s'applique à une entreprise comme à un individu
  • Les espaces sont bien précis et spécifiques aux capacité d'émanations des discours des internautes: Wikipédia, notetonentreprise, Facebook, etc....
  • La principale problématique est le référencement des résultats de requête sur les moteurs de recherche.
  • En découlent les notions de google bombing, de positionnement, d'achat d'espace, de présence en ligne, occupation du territoire numérique etc.


Veille d'opinion:

  • La veille d'opinion fait appel à l'étude des avis des parties prenantes des communautés.
  • La veille d'opinion s'applique à un sujet, une actualité, une marque.
  • Les espaces de la veille d'opinion sont les forums, les groupes Facebook, les blogs, les espaces de microbloging, etc.
  • La principale problématique de la veille d'opinion est la perception des marques au sein des communautés d'internautes.
  • En découlent les notions d'autorité de sources, de visibilité au sein des communautés, de partage d'expérience, de pouls des opinions sur des sujets, sur l'actualité, sur des produits, etc....


kamablog_difference_ereputation_veille_opinion.jpg

Ces deux métiers sont très proches, les problématiques de l'une peuvent s'appliquer à l'autre, car tous les sujets et toutes les entreprises sont des cas particuliers, avec des problématiques propres.

Je serai tentée de dire que la veille de e-réputation d'une marque est l'étude de l'image "en surface" (éléments qui émanent du web social et qui dominent sur les moteurs), et que la veille d'opinion est l'étude "en profondeur" des perceptions des internautes. Mais ce serait bien trop restrictif....

Source image: fotosearch

vendredi, février 20 2009

veille d'opinion sur Facebook: axes de mise en place

Voici en vrac quelques questions fondamentales pour initier une veille sur Facebook. .

logo_facebook

La veille sur Facebook est un terme générique qui appelle, comme sur le web social, plusieurs veilles, : veille image, veille de réputation, veille de mobilisation etc.etc.

FB fonctionne comme tous les réseaux sociaux, ils est fait de connections entre les internautes, de différentes formes et de différentes natures. Mettre en place une veille sur FB c est définir les objectifs de la veille, les espaces du réseaux, savoir suivre les mouvements d'opinion. et savoir laisser laisser une place à la serendipité, Car Fb est une sorte de web dans le web.

Pour une étude ponctuelle, bien sur, toutes ces questions ne sont pas indispensables.

Mais pour une veille des mouvements à plus long terme, la veille se doit d'être encadrée, pour une automatisation et une méthodologie optimale. FB est un espace en mouvement continu et les méthodologies qui lui sont appliquées doivent coller à ce mouvement continuel.

Voici donc quelques pistes de réflexion dans le cadre d'une mise en place d'une veille d'opinion sur FB.

* Comment surveiller cette gigantesque plateforme?
* Quel outil employer pour surveiller cette plateforme?
* Surveiller des groupes? des fan pages? des évènements?
* Surveiller ou rechercher?
* Quel moteur de recherche plugger dessus (le moteur de recherche est vraiment naze pour ne pas dire nul)
* Ou rechercher? les expressions du mur ou celles des forums?
* Quel impact sur la veille d'opinion/ de réputation/ de mobilisation?
* Quelle valeur accordée aux mouvements initié ou prolongés sur FB?
* Comment intégrer les dynamiques d'opinions de FB dans mon système de veille?
* Comment intégrer les nouveaux indicateurs dans mon système?
* Quelle méthodologie de veille?
* Quelle automatisation possible?
* Quelle implication personnelle pour l'accès à l'information utile?
* Quel cadre juridique pour l'aspiration de contenus?
* etc.

L'intégration d'une source ou d'un espace dans le système est plus ou moins aisé selon les systèmes de veille mis en place.

Mais FB, c'est + qu'une simple source, C'est un nouvel espace d'échange, de nouvelles dynamiques, de nouveaux mouvements d'opinion, qu'il faut savoir intégrer, tant d'un point de vue outils et systèmes de veille, que d'un point de vue analyse des opinions et des tendances.

L'intégration de cet espace dans le système de veille est fondamental pour la veille image des entreprises et des personnes.

recherche et veille sur le web social: des activités convergentes

Suite au billet d'aref qui publie un très bon schéma sur les outils de veille qui permettent d'élaborer une stratégie de veille de réputation en ligne, je me suis posée la question de la frontière entre recherche et veille à l'ère du web social.

democratisation_rss Et bien la frontière n'est pas (plus?) si grande que cela. Comme je le disais dans mon commentaire suite à son billet, ce sont les flux rss des résultats de requête qui permettent à ses outils, à la base, de recherche, de pouvoir être considéré d'outils de veille.

Donc, comme à peu près tous les nouveaux moteurs de recherche se dotent maintenant de flux RSS des résultats de requête, il devient très facile de surveiller les recherches, et de connaitre au fur et à mesure les résultats de la requête en flux rss. Même Google, pour une fois très en retard sur la techno, propose maintenant ce service de résultats des requêtes par flux rss (résultats très décevants quand même)

La connaissance des mises à jour des informations sur le web est donc grandement facilité par les technologies RSS. Le traitement et la capitalisation des infos est aussi en voie de démocratisation, avec des plateformes plus ou moins poussées (plateformes de lecture, plateformes de traitement, plateformes d'analyse).

La veille se démocratise grâce, en partie, au développement des usages des flux.

Les activités de recherche et de veille ne sont plus des activités distinctes. Le schéma : 1: recherche d'information/ 2: mise en place de la stratégie de veille, n'est plus d'actualité. Les veilleurs et les internautes vont et viennent de l'un à l'autre, sans trop de distinction.

La frontière, devenue floue, devra à terme, s'effacer complètement, pour qu'à l'ère du web social, les usagers puissent suivre les mouvements, les dynamiques, et les évolutions de leur territoire de recherches, et ainsi coller au plus près du web social.


*****

Quelques outils de recherche, devenus outils de veille, sur le web social, que je conseille: feedmyserach, backtype, et socialmention

Crédits: Ifeedgood

mardi, décembre 16 2008

mapping veille d'opinion: typologie de veilles, typologies d'espaces

Voilà, c est la fin de l'année 2008! pour cette occasion, je propose de publier une partie des mes réflexions de l'année sous forme de mapping.

Tout au long de l'année en effet, on découvre des sites, des outils, des méthodes, des communautés, des territoires, des problématiques, des opinions....et il faut savoir les capitaliser, s'en inspirer, et les partager... !

J'ai choisi de développer les aspects "territoires d'expression" et "typologies des veilles". Pour ces deux aspects, j'ai indiqué les types d'éléments qui les composent. certains éléments sont relativement similaires. j'ai tenté avec des exemples de souligner les éventuelles différences.

En plus de ces deux aspects développés sous forme de map, J'ai indiqué deux paragraphes qui me semblent indispensables pour la compréhension de ma vision de la veille d'opinion.

Bien sur cette map n'est pas parfaite, mais il me semble qu'elle démontre bien l'aspect pluri-dimensionnel de la veille d'opinion. Si vous voulez le télécharger, je propose le fichier en PDF pour que la qualité soit meilleure lors d'un zoom.

veilledopinion_kamablog.jpeg

jeudi, novembre 20 2008

appel d'offre veille d'opinion: mon avis et séléction n°2

J'ai écris ce billet d'une traite ou presque, alors chers lecteurs, excusez moi d'avance si les idées ou les arguments ne vous paraissent pas très bien classés...! Il y a des billets comme ça, qui commencent par un lien et qui finissent 30 minutes 1 heure plus tard par un long billet détaillé! Pour ceux qui ne veulent pas tout lire, la conclusion en trois points est en bas. :-)

Suite de ma séléction des articles à propos de l'appel d'offres du ministère de l'éducation nationale.

Avant tout, parce que je trouve que c 'est + sympa et que c'est un bon reportage, le podcast de france info de ce matin (le plus de france info) ! j'ai trouvé que les interventions étaient très justes. (intervention de Tendances Institut, de Cybion etc...)

En fait, je reste un peu perplexe, parce que tous les ministères et toutes les institutions ont recours à ce type de veille (et s'ils ne le font pas ils devraient ...!).
En réalité je me demande bien pourquoi les personnes qui prennent la parole en ligne, ne sont elles pas "contentes" qu'on les lise et qu'on les écoute.... n'est ce pas le but premier lorsqu'on prend la parole? Si la plus haute instance de la république écoute ceux, qui par le biais du web ont besoin et ont envie de s'exprimer, je trouve que c'est plutôt positif, il faut en profiter justement pour faire passer ses idées!!

Logo-du-Ministere-de-l-education-Nationale2.jpg

Les internautes, impliqués de près ou de loin dans l'éducation nationale, vous êtes écoutés! Donnez votre avis sans compter! faites de manifs en ligne contre telle ou telle réforme! vous avez du poids! et non des moindres. Il ne faut pas sous-estimer le poids des communautés en ligne. C'est ce que fait, à mon avis, le ministère..il écoute, alors profitons en pour faire valoir nos idées.

Si j'émets mon avis sur ce blog, c 'est bien parce que la veille est mon métier et donc je connais un peu les pratiques de veilles. Je pense que ce buzz (plutôt très négatif) est dû à la méconnaissance du métier,et surtout du mot "veille". la veille, ce n'est pas le contrôle ni le renseignement.

L'objectif de la veille n'est certainement pas de contrôler, mais de connaître. Il faut bien comprendre que ce n'est pas le boulot de la veille que d'entreprendre des initiatives d'intimidation, de suppressions, de menaces! Et ce n'est pas du tout dans l'intérêt du ministère que d'essayer d'influencer ou de menacer tel ou tel blogueur, parce que si une telle action est entreprise, le retour contre lui en sera d'autant plus cruel, le blogueur pourra de toute façon dénoncer cette pratique, et générer un buzz qui lui pour le coup sera hautement négatif (et aura raison de l'être!).
La communication qui peut résulter de la veille en ligne doit se faire dans la transparence (règle n°1), le web est bien trop dangereux pour les entreprises pour qu'elles oublient que sur le web, les internautes sont sans pitié et que les conséquences sont désastreuses.

Avant de finir ce paragraphe, je voudrai bien spécifier que je suis contre le contrôle des libertés et attachée bien sur aux libertés d'expressions. mais qu'est ce que la liberté d'expression si ce n'est d'être entendue par les personnes concernées?


A propos du prix, 220 000 euros l'année, et bien je trouve que ce n'est pas cher payé. Effectivement, on peut s'insurger qu'une telle somme soit dépensée par le public, pour le privé...mais que voulez vous, ils ne savent pas faire. ils ne savent pas écouter les citoyens en ligne (dans la rue non plus, d'ailleurs, en pleine semaine sociale). là j'en reviens à mon premier paragraphe, si on écrit c est bien pour être écouté, encore + par son supérieur hiérarchique. mais voila, comme ils ne savent pas faire ils font appel à une société privée. (Il y a néanmoins beaucoup de domaine ou l'état fait appel à des sociétés privées!!!! et heureusement quelque part).

Pour revenir au prix de la prestation, étant donnée le nombre de données à collecter, les blogs, les forums, les groupes facebook, les sites de collectif de chercheurs, les pétitions en ligne, les twitter, les avis de profs, les journalistes en ligne, les commentaires de toutes ces sources qui accueillent et émettent des articles.....c 'est énooorme!
La collecte est énorme. le traitement des infos également (Sélection, Organisation, synthèse, mise en forme, output..... ).
L'avantage qu'aura le nouveau prestataire , au moins, c est que le ministère a très bien défini objectifs de la veille d'opinion. c'est normal puisque cela fait deux ans qu'ils mènent cette veille. Ils doivent maintenant bien connaitre les territoires d'expressions, les sources d'informations, les formats de synthèse...

Voila, en trois points, les éléments saillants selon moi sur cette veille d'opinion:

  • un manque de visibilité du métier de veille (la veille n'est pas le contrôle ni le renseignement)
  • une opportunité d'être écouté (avant on était écouté, seulement on ne le savait pas, maintenant nous le savons donc profitons-en)
  • un appel d'offre bien défini, mais pas très très cher.



Quelques articles de blogs intéressants sur cette question:
- le billet d'Ecran
- Article du collectif La science au 21ème siècle
- Billet du blog "le quotidien d'enseignants"
- Billet de push
- le billet de backchich
- le billet de menilmontant mais oui madame

mercredi, octobre 15 2008

j'ai bu leurs paroles ...

petit billet en l'honneur des profs que j'ai eu à la fac et qui m'ont vraiment marqué. l'idée de ce billet m'est venue quand j'étais à ICC lundi. Je discutais avec certains partenaires (que je salue au passage s'ils se reconnaissent, coucou !), quand je vois qui ?? un des intervenants que j'ai préféré lors de mes petites études!! mais comme j'avais une discussion passionnante avec un expert, et bien je l'ai perdu de vue, et ne l'ai plus jamais revu ...:-(

je ne sais pas ce que je lui aurais dit (surtout qu'à la fac en général les profs ne se souviennent pas des élèves), peut être tout simplement que ses cours m'avaient guidé dans mes choix professionnels. Et donc, je me suis dit que je pouvais lister sur mon blog trois les très bons profs qui m'ont guidé dans le choix de mes études et de mes stages (et qui m'ont amené à exercer ce métier passionnant!) alors voilà, dans un ordre chronologique, les 3 profs

+ Muriel Amar (2003): la prof de techniques documentaires. M'a fait prendre conscience que l'ingénierie documentaire pouvait mener très loin. les connections entre doc, veille, IE, technologie et langages documentaires, bibliothèque et intelligence économique devenaient avec elle évidentes.
- souvenirs marquants: le ". -" (lire: "point espace tiret), norme afnor Z-44, indexation RAMEAU

+ Véronique Mesguich (2005): la prof des techniques de veille. A la pointe des technologies de recherches par internet, impeccable, incollable (et m'avais mis 16,5 à un devoir de veille sur les techniques de préventions des tsunamis, soit une meilleure note que la meilleure de la classe!), ce qui je l'avoue, biaise peut être un peu mon jugement, mais l'important c'est sa connaissance impressionnante des techniques de recherches d'infos.
- souvenirs marquants: les agents intelligents, les annuaires, BdD, IST, et ma bonne note

+ Laurent Gaildraud (2007): le prof du cour sur la rumeur. Des exemples fascinants, une culture du sujet à faire pâlir Kapferer, des légendes urbaines, de la sociologie et un prisme rumeurs sur le web, des exemples de buzz. une connaissance des mécanisme de propagation des informations impressionnante. sur yahoogroupe depuis 98 ! Un cours fascinant. l'apothéose, en somme.
- souvenirs marquants: investigation, lancement d'une rumeur, IE et communication de crise.


voilà, ça fait un peu "hommage aux grands profs" de ma vie! Mais cette petite liste me permet également prendre du recul sur ces dernières années (études) et par ce recul, de pouvoir me projeter dans les années à venir (travail)
En tous cas, ce sont des professionnels extras et si vous avez l'occasion d'échanger avec eux n'hésitez pas !

jeudi, septembre 11 2008

veille d'opinion: éléments de définition!

Définition qui manquait au panel des types de veille en entreprise sur Wikipédia. Depuis aujourd'hui la veille d'opinion existe!
N'hésitez pas à modifier ma définition et à créer la page correspondante,
Nous ferons ainsi évoluer la profession!

voici ma définition (à voir aussi sur Wikipédia!):


veille d'opinion: veille sur les opinions des consommateurs formulées en ligne, sur des espaces publics permettant aux internautes d'interagir (espaces souvent appelés 2.0).


la liste des veilles selon Wikipédiaet à ce jour:

lundi, juin 16 2008

veille d'opinion et presse en ligne

On pourrait croire que la veille d'opinion en ligne en ce qui concerne les article de presse dans leur version électronique revient à faire une veille de presse automatisée, copié-collable en un fichier pouvant etre lu sur les ordis de nos entreprises. Mais la veille presse avec internet et tous les changements qui s'opèrent est devenue bien + qu'une simple veille presse car elle prend en compte notamment les avis des internautes qui peuvent s'exprimer en commentaires sur ces articles de presse

Avant: lorsque je faisais dans le temps les revues de presse pour une équipe de consultants, il fallait tourner les pages des quotidiens, photocopier les articles, émettre une newsletter etc... cela aboutissait le + souvent à une veille quelque part "statique": les articles étaient figés. Vint le temps ou la veille devint tout-en-ligne: avec factiva et pressed, il n'y avait plus besoin de tourner les pages des journaux, juste de regarder ses alertes mail, les mots clés étaient déjà repérés, il n'y avait plus qu'à qualifier et transférer....
bien sur je ne dis pas que la veille était + facile, plus rapide, ou plus contraignante, c 'était juste différent. une fois le lien et la mise en contexte transmis, le processus de veille était enclenché, la compréhension et l'assimilation de l'information s'opérait entre source et veilleur, ou entre source et consultant. Seulement aujourd'hui , la source n'est plus statique. Le veilleur doit surveiller une source en continue. je m'explique:
avant, les publications d'articles suffisaient à enclencher une alerte, réception, validation, diffusion, capitalisation.
maintenant, la publication reste bien sur un document à analyser, mais elle le reste en continue; l'article peut recevoir des commentaires à tout moment, l'article n'est plus statique.

C'est ce point là que je développe: les commentaires d'articles de presse, comme un renouvellement perpétuel dans le cadre d 'une veille d'opinion.

ce sous titre est peu être un peu exagéré. Mais la forte évolution de la presse en ligne ne nous laisse guère le choix: nous nous devons d'accorder une importance particulière aux commentaires des articles. Ce processus de veille est particulier.

* Toujours garder un œil sur un article: il peut rester "commentable" pendant des années
il est nécessaire d'automatiser la surveillance des commentaires d'un article, et ce à très long terme. en effet, un commentaire peut apparaitre très tardivement, quelques fois des mois ou meme une année après la publication de l'article initial ( peut être plusieurs années, mais je ne suis pas encore tombée sur ce cas extrème). je suis d'ailleurs souvent étonnée des commentaires si tardifs sur telle ou telle polémique. Suivant le sujet, les commentaires "tardifs" concernent des articles qui relatent soit un "problème", une "rébellion des consommateurs" ou encore un sujet politique contesté. Alors on observe plusieurs phénomènes:

- phénomène de "bouteille à la mer": "je suis désespéré, que faut il faire?" en espérant que quelqu'un nous réponde
- phénomène de "ça ne coute rien d'adhérer à vos propos": l' internaute publie un commentaire simplement pour appuyer les propos de l'article, mais sans rien n 'y apporter (souvent le cas lorsque la publication de commentaire n'exige pas d'inscription préalable)
- phénomène du "c'est insensé je ne peux pas laisser passer ça": internaute lis un article qui ne lui plait pas du tout et pris de révolte, exprime son indignation
- phénomène de celui-qui-ne-comprend-pas le concept ou qui n'a pas regardé la date de publication de l'article,lui est à la masse, (et il en faut pour faire une toile). - d'autres phénomènes etc.

* Les commentaires font partie intégrante de l'article: ils doivent être considérés comme éléments constitutifs de l'article
Donc en fait les commentaires sont postés par différents leitmotiv. Ils sont des approfondissements, des avis, des questionnement sur l'article et donc en font partie intégrante. c'est ainsi que l'article n'est plus statique mais vit véritablement le temps. Et ce serait une erreur des les ignorer. Car la veille presse en ligne est devenue veille presse d'opinion en ligne.
Mais tous les journaux n'adoptent pas la même stratégie de publication de commentaires. Certains les modèrent à priori, d'autres à posteriori, certains nécessitent ne inscription, d'autre non. Ainsi, le nombre de commentaire varie avant tout selon le sujet, selon les modalités de publication (inscription, anonymat....). les politiques de commentaires varient selon les journaux et font maintenant partie de la culture du journal en ligne.

* les commentaires jouent-ils sur le positionnement des articles dans les moteurs?
ceci est à vérifier car cela ne semble pas vrai pour tous les journaux, mais il me semble qu'un commentaire publié peut faire "remonter" le positionnement de l'article sur google et blogsearch. Ainsi, il peut remette a gout du jour une certaine actualité. Il peut aussi raviver d'autres commentaires (les premiers commentateurs souvent avertis par mail d'une nouvelle réponse à leurs commentaires) car il invite les lecteurs internautes à s'exprimer de nouveau sur cette problématique. l'invitation à ce débat "en retard" est vrai aussi pour les commentaires des blogs et sur les forums, mais concentrons nous sur la presse qui ne revêt pas cet caractère intrinsèque au format de publication utilisé, contrairement à ses compères blogs, forums, réseaux sociaux etc.
Ainsi, par ce phénomène d'intemporalité, le commentaire, même tout seul peut éveiller des opinions intéressantes.
- Une polémique peut reprendre: un simple commentaire peut en appeler un autre qques mois plus tard, puis un autre, puis un autre....la courbe des discussions peut être très allongée, très "aplatie", et le débat ne pas être vif, mais contribuer ainsi à un débat d'idée qui correspondrait à la longue traine des articles de presse en ligne.
- Un article peut améliorer son positionnement , grâce à l'actualisation de la page web. chaque commentaire provoque en effet une mise à jour de l'article. Ainsi, certains moteurs peuvent considérer que la mise à jour de la page correspond une fréquence de publication, et permet donc à un article de maintenir ou d'améliorer son positionnement. L'article augment donc sa visibilité.

* Mettre en place une veille spécifique pour les commentaires d'articles de presse.
L'article de presse est donc une source particulière qui doit bénéficier d'une surveillance particulière. cette veille contient idéalement:
- une alerte d'un nouveau commentaire (bien sur)
- une alerte d'une nouvelle lecture/ d'un nouveau vote, ou bien de toute modification ou évaluation de l'article si l'article en est doté.
Alors bien sur il est indispensable d'industrialiser cette veille. Si le nombre d'articles à surveiller est < à 5, o peut se contenter d'update scanner, le plugin de firefox, sinon au delà de 5 selon moi, et obligatoirement au delà de 10, il faut utiliser un logiciel performant et réactif à toute sorte de changement de l'article de presse.
l'industrialisation de la surveillance des commentaires d'articles de presse est selon moi le suel moyen de surveiller les ré actualisations des articles et même des problématiques en ligne. (toujours pas trouvé de moteur de recherche de commentaires)

* Particularités principales de ce processus :
- constitution et enrichissement d'un corpus au fur et à mesure de la publication d'articles.
- surveillance rétro- active, avec possibilité de revenir dans les propos d'un article passé (et les idées voire polémiques qu'il peut suggérer)
- veille presse "de base", couplée d'une surveillance accrue et donc automatiser des mises à jour de l'article.
Enfin, nous pouvons dire que la veille de la presse dans son ensemble (fond de l'article + positionnement dans moteurs + prise en compte des commentaires) trouve son efficacité dans le temps!

En Bref:
Il est indispensable d'adapter sa veille d'opinion à tous les supports pouvant être les relais d'expressions des internautes. dans cette optique, la veille d'opinion de la presse est spécifique par son appréhension, son format, la constitution de son corpus dans le temps, son efficacité et donc son dispositif dans l'ensemble. Il est nécessaire d 'étudier au préalable les types d'expressions pouvant se retrouver dans la presse et d'adapter la vaille aux caractéristique des ces expressions ligne.
Comme les autres "veille 2.0", offrant aux internautes la parole, tout sujet est susceptible de se raviver et donne exige une vigilance accrue afin d'être performant dans la détection des signaux faibles et dans l'analyse de ces commentaires.

jeudi, avril 3 2008

PKM d'un veilleur: know what you know !

Le PKM....le Personal Knowledge Management est une notion qui a déjà plusieurs années. mais que j'ai un peu plus découvert grâce aux différents outils que j'ai mis en place pour optimiser mes informations au bureau. On trouve des billets très intéressants sur le PKM, une présentation, un zoom et un billet sur la productivité personnelle. qui vous donneront eux meme des liens vers les définitions et principaux concepts PKM

Je présente ici le PKM orienté management des connaissances. le PKm participe à la fois à la gestion de l'information, des connaissances, à la productivité dans la recherche d'information, et bien sur la mise en place des outils qui participent à cette optimisation de l'information. Autant dire que pour un professionnel de l'info, le PKM est une notion dont il ne peut faire l'impasse! productivité, mais aussi réactivité dans la recherche et la restitution des informations, sont deux des critères indispensables pour la performance d'un chercheur/veilleur.

Je reviens sur le CSE dont j'avais parlé ici, afin d'établir plus clairement les objectifs de cet outil que je recommande à tous. (je pense que mon billet était un peu "fouilli" car écrit dans l'enthousiasme de la découverte de cet outil) Le CSE est bien un outil de recherche et non de surveillance (meme si on peut surveiller les résultats mais c 'est un autre post)


Focus et Retour sur le CSE: outils de PKM indispensable.
Le CSE donc, "Custum Search Engine"=moteur de recherche personnalisé: le KamaCSE est ici. Ce moteur de recherche est un moteur de recherche spécialisé en veille d'opinion. c'est à dire qu'il n'interroge que les sources pertinentes, choisies et validées par un professionnel compétent expert et qualifié (pour ce cse, moi même :-) )

Non ce ne sont pas des compliments gratuits que je m'adresse. Ils sont là pour attester que seule une entité (personne, entreprise, groupe) qui a des besoins définis peu construire un CSE pertinent car correspondant à ses besoins.Nous sommes tous experts de nos besoins. Le P de PKM prend alors tout son sens.

Particularité du moteur: Il est spécialisé dans un domaine:
il n'interroge que des sources d'un domaine précis, en l'occurrence la veille d'opinion "by cam" Les sources correspondent à des sources spécialisées en veille et intelligence économiques, en communication, en innovation et nouvelles technologies. j'ai choisi ces catégories car elles correspondent aux trois domaines adjacents à la veille d'opinion online :

  • des ressources de veille et IE pour veiller, tester des outils, être au courant du secteur
  • des sites de décryptage des tendances du web : pour toujours être aware des nouveautés, des plateformes, des débats on line, grossomodo des sites de comm et RP
  • des sites spécialisés en veille d'opinion
  • et puis des sites dont je ne peux pas me passer et qui sont là par défaut.


Principaux avantages: rechercher parmi des sources qualifiées d'un secteur!

  • lorsque je cherche une information et que je ne souhaite que des réponses via des sources qualifiées
  • évite de me polluer avec des agrégateurs de flux qui multiplient les résultats
  • permet de retrouver une information rencontrée des mois auparavant
  • rapidité de recherche d'information professionnelle de qualité et à haute valeur ajoutée
  • enfin, un moteur de ce type peut être utilisé en entreprise sur un sujet précis , pour un client sur un domaine, à vous d'imaginer les utilités!
  • il faut préciser que bien sur ce moteur est limité à l'indexe construit par google (héhé merci aref)


Expérience sur le choix des sources en recherche d'infos
les sources à interroger sont votre choix. Elles peuvent être vos sources netvibes par exemple. j'ai intégré dans mon CSE les sources qui me paraissent pertinentes pour mon domaine d'activité. La sélection des sources peut être aussi fonction du besoin en information.

j'en ai fait l'expérience il y a qques jours. En recherchant des données statistiques sur les comportement des internautes dans un domaines, le google ne me donnant rien de satisfaisant, j'ai recherché dans mon CSE. résultats pertinents mais peu nombreux. je me suis dis que je devais y intégrer slideshare, qui est une mine d'information incroyable. Le résultat fut décevant puisque je devais trier, classer, sélectionner les résultats pertinents. lorsque l'on a 10 pages de résultat à traiter, ce n'est plus personnalisé ni satisfaisant. Donc exist de mon corpus slideshare. J'ai plutôt créer un CSE dédié, avec slideshare, dalymotion, 01net, et JDN. Beaucoup plus pertinent pour ce type de recherche: des infos brutes, des études, des articles... Un autre cse pertinent pour moi: un cse spécialisé nouveau médias, ou l'on retrouve le post, backchich info, mediapart, Rue89.


je vous invite tous à établir votre moteur de recherche personnalisé de sources qui vous sont pertinentes pour votre métier, vos hobbies, vos centres d'intérêts! le gain de temps est considérable, les réponses pertinentes, vos recherches sont performantes, les sources validées par vous même.... la gestion de votre PKM est facilité!

Bien sur, beaucoup d'autres outils participent au PKM, un simple bookmarklet de votre navigateur y participe. mais je pense qu'en avoir conscience c'est déjà optimiser son savoir. (bon il est pt'etre temps que je finisse le billet). Autre chose aussi: le PKM c'est savoir ce que l'on sait mais c'est aussi être aware de son réseau et de l'organisation du temps. vaste sujet....à suivre


sources: Petit tuto sur actulligence et un annuaire des moteurs déjà utilisés, comme le "Advertising, Marketing and PR Blog Search Tool., et le moteur "intelligence économique et veille stratégique"

mardi, décembre 11 2007

veille d'op'> comm> et réputation

Comme je l'ai déjà suggéré (la), la veille d'opinion est souvent au service des actions de comm', car elle détecte les tendances on line. Et ces actions de comm', que font elles? elles flechissent sur l'opinion, donc sur la réputation...
c'est beau et c'est sur karmaweb, (c'est vieux (2006), mais c 'est juste !)

Your reputation is my story about you. You can’t own this by definition; as soon as you own it, it’s no longer my story about you; it instantly becomes an autobiography instead of a reputation.


vendredi, décembre 7 2007

rencontre avec la blogsIEsphère

voici la petite revue du pot blogie ,

C'était excellent de rencontrer le cercle des nicola, hugo, tarik , actulligence , vtech "et al"... c'est très sympa de voir les tetes des blogeurs qu'on lit. l'ambiance était au rendez vous! on a pas pu donc discuter sérieusement des problématiques qui nous concernent tous, mais je me suis bien marrée, comme avec cette avec des petites phrases: (à situer dans un bar avec forte musique)
- ah oui !!si ! je connais ton blog...attend..attend..c'est le...c'est le...c'est leuuuuuuu
- kamablog
- ah oui c'est ca!! mais ils sont ou tes commentaires?
- .................."(rires)'' ca me fait quand meme un lecteur

J'étais ravie de connaitre la "blogiesphère" et de trouver tout le minde sympa et cool....
J'étais aussi contente de voir que les étudiants de l'EGE sont des gens normaux (lol). Mais la prochaine fois que je viendrais avec mon t.shirt ISTIA ! :-)

samedi, août 25 2007

veille d'op': entre doc, veille et IE

En documentation, la collecte est exhaustive et rétroactive. l'information délivrée est une étude/un état de l'art du sujet. en veille, la collecte peut etre exhaustive, mais la diffusion des infos se porte d'avantage sur le caractère utile de l'information. L'information délivrée comporte les faits marquants/les faites utiles à la prise de descision. en IE, la collecte n 'est surtout pas exhaustive et concerne le caractère critique de l'information. Elle favorise également la prise de descision.

Le traitement et la diffusion des informations sont des problématques inhérentes aux disciplines que sont la documentation, la veille et l'Intelligence Economique. Il est intéressant de savoir évaluer les besoins des clients dans ces disciplines, pour faire évoluer les méthodes propres à chacune. Alors, comment savoir quelle discipline se rapproche le plus de vos méthodes/ de vos besoins?

Et pour la veille d'opinion? La veille d'opinion n'échappe pas à ces trois critères disciplinaires.

En documentation, l'information correspond au besoin "tout savoir" sur un sujet (aussi précis soit il). L'étude rend compte de chaque élément récolté (par des pourcentages, des documents/URL de référence...). L'analyse ou la synthèse de cette étude n'oublie aucun détail ni aucune tendance (meme si elle doit être décryptée, toutes les infos sont là et peuvent être descellées). Sans oublier que la documentation revêt un caractère iteratif: le commanditaire de l'étude revient, demande des détails, précise sa recherche etc....
Ex: connaitre ce que racontent les bloggers-cuisiniers.

En veille, l'information est utile. Elle est sélectionnée, choisie (et favorise toujours la prise de descision, vous l'aurez deviner!). Un rapport de veille comporte toutes les informations utiles au commanditaire, et donc ne rend pas compte des informations mineures/inutiles. Ce qui ne l'empeche pas d'être fine. (commanditaires: n'ayez pas peur! nous sommes des professionnels et savons évaluer l'importance et la pertinence d'une info). La veille d'opinion a ce coté 2.0 qui necessite une clarification sur cette pertinence des infos: une info isolée ou un buzz peuvent avoir la meme importance.
Ex: connnaitre chaque semaine/chaque mois les tendances culinaires sur les blogs de cuisine.

En Intelligence économique, l'information délivrée est critique. Positive ou négative, l'information est de plus haute importance! La diffusion de l'information est rapide car elle est un élément que le commanditaire doit savoir. L'information critique est susceptible de générer un retournement de situation, une mauvaise image, un scandale. En opinions, l'ie correspond d'avantage à une prestation d'anticipation des crises par son caractère critique. L'information transmise peut etre une simple posts, un titre, une expression, un logo détourné.
Ex: connaitre les posts qui utilisent et critiquent ma marque de chocolat à cuire.

autres exemples pour une marque de casserolles:

doc: Faites moi connaitre tous les posts qui utilisent ma marque de casseroles (par semaine ou par mois)
veille: que dit-on sur ma marque de casseroles? (par semaine ou par mois)
ie: dites moi quand ma marque de casseroles est ciritquée (en positif ou négatif)

conclu:sachez ce que vous voulez! les trois disciplines, comme j'espère l'avoir démontré, n'ont pas la même valeur informationnelle. Elle adoptent des méthodes différentes. L'analyse des besoins en information est indispensable pour une prestation au plus près de vos préoccupations et pour des prestations de qualité.

Que pensez vous de cette étude disciplinaire appliquée à la veille d'opinion? A mon avis, ce sujet doit etre approfondi car la veille d'opinion peut faire appel à de multiples prestations et qu'il est important pour les commanditaires de les connaitre (vu que comme en restauration, le client est roi!) Vos questiosn et vos suggestions sont les bienvenues

Schéma synthétique

jeudi, août 23 2007

veille d'opinion et "consumer-made"

Je recommande vivement cet article sur le consumer made . Il est excellent: il apporte des exemples concret de ce que les consommateurs peuvent apporter aux entreprises.
Des concours d'idées aux améliorations de produits, l'article démontre via le "Cerveau Global", qu'une initiative "consumers" peut etre plus productive qu'1 an de recherche du département R&D. Je pense que cette notion se rapproche du pinko marketing.. ou les entreprises s'inspirent des modèles des consmmateurs pour mieux cibler et communiquer auprès de leur public.
Ces pratiques sont volontaires, elles utilisent des méthodes pour approcher leurs consommateurs dans le but de communiquer au plus proche d'eux et au plus près de leurs préoccupations. Il y a surement d'autres termes pour illustrer ces pratiques ascendantes "consommateurs-entreprises" (d'ou le terme de "consom'acteur') et une veille sociétale ou d'opinion peut (doit?) être le point de départ de ces initiatives.

La veille d'opinion ne doit pas se contenter de regarder, scruter, fouiller. On tire de cette veille des connaissances, qui deviennent sagesses. En effet, je ne pense pas que la veille d'opinion soit une fin en soi. Tout d'abord parce que comme toute veille, l'étude doit favoriser la prise de descision. Il ne faut pas se tromper: on est très tenté de surveiller, juste pour savoir. Et en général, on sait, on connait et on est content.
Mais il serait trop dommage de ne pas utiliser ces connaissances, de ne pas les considérer comme un point de départ d'un action. Et le consumer-made est une action qui semble en découler. Pour aller un peu plus loin, je dirai que la veille d'opinion doit pouvoir engager des initiatives de ce type. La prise en compte d'avis et d'idées semble maintenant indispensable pour une communication stratégique et pour l'image de l'entreprise... avec ou sans la participation active de consommateurs.
Pourrait on alors dire que la veille d' opinion réagit et que le consumer-made pro-agit?

lundi, avril 9 2007

la pertinence plus que l abondance

c'est une de mes regles d'or de l'information, des infos pertinentes valent mieux que des infos nombreuses. c'est pourquoi dans mes tags il n y a que peu d'infos, mais toutes sont pertinentes (à mon avis, et pour ma petite personne). car il y a notamment beaucoup de blogs qui recensent des blogs qui recensent des blogs.donc je dis non. c'est pas comme ca que ca marche.

Lire la suite...