Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - e-reputation

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, janvier 26 2010

Petit tour du métier....

LogoISTIAinno.jpgVendredi dernier, je suis intervenue auprès des étudiants du master 2 de l'ISTIA (le master ou moi même je me suis formée !), j'étais donc un peu émue, ca va de soi. ... :-)

L'objectif de l'intervention était de présenter le métier de veilleur sur le web social. Nous avons donc commencé par aborder les enjeux d'une veille sur le web social, la communication en ligne pour les entreprises, la considération des communautés d'experts, la communication de crise, la participation, les débats en ligne, etc.

Au bout de 3 heures, nous n'avions plus le temps de passer aux techniques et méthodes de veille (alors que je tiens énormément aux aspects méthodes et outils!). Mais c 'est le jeu et nous avons eu un échange très intéressant sur ces sujets globaux. J'ai récupéré également quelques liens qui vont m'être forts utiles, donc merci aux étudiants !! D'ailleurs l'échange avec les étudiants était tellement sympathique que je n'ai presque pas déroulé mon PPT!!


Je donne ici donc mes slides qui ont vraiment un objectif de synthèse du métier de veilleur sur le web social tel que je le conçois. (je me suis obligée à ne faire que 4 slides pour parler et non "réciter" ce que j'avais à dire): métier passionnant, métier d'avenir !


Ces 4 slides ont été pensées pour les étudiants: ils permettent de faire un petit tour du métier de veilleur sur le web social, à savoir: pourquoi? comment? et qui sont les acteurs du marché.


__Retrouvez les slides sur slideshare., ou cliquez istia_intervention_20102401.pdfici


Enfin, pour les lecteurs qui connaissent l'ISTIA, je confirme que ca n'a pas changé.... !

D'ailleurs, Retrouvez l'ISTIA sur la Fanpage non officielle de Facebook
et la liste des twitters de l'ISTIA: http://twitter.com/dbrosseau/istia-innovation

mercredi, septembre 2 2009

veille de e-reputation et veille d'opinion


kamablog_difference_ereputation_veille_opinion_2.jpg Cela faisait longtemps que j'avais envie d'écrire un billet sur les nouveaux métiers qui découlent du web social. En écrivant un commentaire tout à l'heure, je me suis dit que je "tenais" les mots pour expliquer ma vision du marché, à travers deux métiers, proches mais différents: la veille d'e-réputation et la veille d'opinion.
Tout d'abord, je précise que je je parle ici d'une même discipline: la veille, appliquée à deux champs : la réputation/ image de marque d'une entreprise d'une part, et les opinions sur les entreprises d'autre part.

Ce billet est volontairement simpliste, voire caricatural, car il permet, à mon sens, de bien noter les principales différences entre ces deux métiers.

C'est en quelque sorte une première approche pour ceux qui ne connaissent pas bien le domaine. La veille de réputation et la veille d'opinion ont notamment en commun le fait que leur terrain de jeu est le web social. Voici quelques précisions sur les principales différences:


Veille de e-réputation:

  • La veille de réputation fait appel à l'étude des premiers résultats de requêtes sur les moteurs de recherche
  • La veille de réputation s'applique à une entreprise comme à un individu
  • Les espaces sont bien précis et spécifiques aux capacité d'émanations des discours des internautes: Wikipédia, notetonentreprise, Facebook, etc....
  • La principale problématique est le référencement des résultats de requête sur les moteurs de recherche.
  • En découlent les notions de google bombing, de positionnement, d'achat d'espace, de présence en ligne, occupation du territoire numérique etc.


Veille d'opinion:

  • La veille d'opinion fait appel à l'étude des avis des parties prenantes des communautés.
  • La veille d'opinion s'applique à un sujet, une actualité, une marque.
  • Les espaces de la veille d'opinion sont les forums, les groupes Facebook, les blogs, les espaces de microbloging, etc.
  • La principale problématique de la veille d'opinion est la perception des marques au sein des communautés d'internautes.
  • En découlent les notions d'autorité de sources, de visibilité au sein des communautés, de partage d'expérience, de pouls des opinions sur des sujets, sur l'actualité, sur des produits, etc....


kamablog_difference_ereputation_veille_opinion.jpg

Ces deux métiers sont très proches, les problématiques de l'une peuvent s'appliquer à l'autre, car tous les sujets et toutes les entreprises sont des cas particuliers, avec des problématiques propres.

Je serai tentée de dire que la veille de e-réputation d'une marque est l'étude de l'image "en surface" (éléments qui émanent du web social et qui dominent sur les moteurs), et que la veille d'opinion est l'étude "en profondeur" des perceptions des internautes. Mais ce serait bien trop restrictif....

Source image: fotosearch

vendredi, novembre 7 2008

PKM / veille / e-reputation / personnal branding / outils...TumblR

le PKM j'en ai déjà parlé deux ou trois fois sur ce blog, quand j'avais découvert le CSE de google. le PKM en fait c est le Personnal Knowledge Management, ou comment valoriser et capitaliser nos connaissances.

Nous, les veilleurs, et chercheurs d'informations, nous nous devons de mettre en place une démarche de PKM car la rapidité des recherches d'informations et leur recoupement est un des éléments de performance de notre métier.

Alors voilà, j'ai découvert un outil, TumblR, tumblr_image qui propose de valoriser d'une façon très 2.0, les démarches de PKM. Cela fait longtemps que TumblR existe mais je l'ai tout juste essayé cette semaine. C'est un outil qui permet de "bookmaker" des liens, mais aussi des photos, des vidéos "embedded", du texte, une partie de texte, enfin, tout les types de formats présents sur le web. Et je dois dire que l'utilisation est d'une simplicité déconcertante. Vous l'aurez compris, je suis em-ba-llée !


Cet outil présente selon moi plusieurs avantages:

d'un point de vue utile et professionnel:

  • très simple d'utilisation (un bouton firefox dans la barre des tâches)
  • "Tumbler" un site ou une vidéo prend entre 3 et 4 secondes
  • la multiplicité des formats est très sympa
  • permet de retrouver par date ou par mots clés les infos enregistrées
  • permet de retrouver très facilement une information croisée quelques temps auparavant

d'un point de vue communication:

  • permet d'accroitre sa visibilité en ligne,
  • permet de partager les informations pertinentes
  • permet un personnal branding assez poussé dans la mesure ou vos documents pertinents sont accessibles à tous
  • permet d'occuper l'espace web notamment dans une démarche de contrôle et d'entretien de son e-réputation

et pour la veille?

Le tumblR n'entre pas directement dans une démarche de veille. Vous pouvez suivre le tumblR de quelqu'un, mais dans la mesure ou chacun peut tumbler tout et n'importe quoi, il peut être risqué de suivre "tout tout" (une info toutes les 10 minutes peut être difficile à suivre, il peut y avoir du bruit!)

Cependant vous pouvez agréger le tumblr de quelqu'un avec le flux de son blog ou de twitter (ou mieux, avec tous ses flux!!)
Vous pouvez aussi identifier et compiler plusieurs tumbR sur un même thème. Mais ces démarches sont limités dans la mesure ou il faut s'assurer de la pertinence de l'auteur sur un sujet, et de la pertinence des informations qu'il publie! (d'où la notion de personnal branding et de e-réputation...eh oui tout est lié !!)


Le tumblR n'est donc pas un outil conçu pour la veille, mais bien un outil qui permet d'enregistrer, de capitaliser, de publier des découvertes en ligne et d'en faire profiter les autres.


Un nouveau type de blog?

Pour aller plus loin, je dirais même que le tumblR peut remplacer le blog, d'une manière très souple car l'utilisateur choisit les infos qu'il veut faire apparaitre (tous formats), mais choisit également de rajouter des annotations aux documents. La feuille de style est personnalisable, tout comme la structure HTML. On peut aussi choisir son url, importer ses flux, et publier des modules (twitter, flickR, news...) dans une colonne indépendante des informations "tumblRées".
le tumblR est un petit outil de publication souple, hébergé, donc accessible de partout, offrant des fonctionnalités très intéressantes, se rapprochant grandement des outils de blogging.

Je vais m'arrêter là pour la description du TumblR. A suivre, la différence avec les outils de social bookmarking!
Il convient de noter que que Christophe a lancé un twine sur le PKM

et voici mon tumblR (pas très beau pour le moment, mais bon j'y travaille!) je vais l'enrichir de plus en plus et vous y découvrirez une partie de mes trouvailles sur le web!

jeudi, octobre 9 2008

e-répoutassionne

Bonjour,

si vous voulez vous former à l'e- reputation, la webréputation, la réputation en ligne, la réputation sur internet, ou bien à l'identité numérique, c'est le moment!

Sur le web, il y a des phases comme en ce moment ou fleurissent les dossiers, les émissions, les conférences, les conférences et les autres conférences. Ces prochains jours en effet, pas moins de 3 conférences nous sont proposées ...sur un même sujet, la répoutassionne.
Alors comment aborder "la chose"?
ces conférences valent-elles la même chose? A quels publics s'adressent-elles? comment abordent-elles le sujet? quels outils vont être présentés ? (ça on peut facilement deviner), mais donc faut-il choisir sa conférence? mais comment la choisir? Devons-nous aller à toutes les conférences? ...et la grande question est : N'allons-nous pas être gavés ?


Edit au 13/10/2008 : encore un : caddiereputation;)

mercredi, septembre 10 2008

Et si rien ne se dit sur ma marque ?

pour faire suite à mon billet sur l'analyse quanti, je me suis dit qu'il était intéressant d'aborder l'aspect du "bruit" en ligne. En effet, je me souviens que dans une vie antérieure, j'avais eu à réaliser une étude préalable à un dispositif de veille d'opinion, pour une marque de boisson dont personne ne parlait en ligne. C'est cette étude qui a inspiré ce billet.

Une marque doit elle nécessairement générer du bruit en ligne pour réaliser une veille d'opinion?


A mon sens, bien sur que non. Dans le cas des marques à faible potentiel de génération de bruit, l'analyse quantitative ne servira pas à grand chose si ce n'est un indicateur d'évolution. c'est l'analyse qualitative des expressions qui bien sur prend tout son sens dans ce cas là. Si une marque est dans ce cas là, je la considère privilégiée! car le nombre d'expressions restreint permet une analyse fine et pertinente (contrairement à la veille de gros paquets d'expressions qui forment au final des "tendances").

L'état des lieux des opinions en ligne permet très précisément de

  • délimiter précisément les territoires d'expressions (réseaux de blogs, forums, réseaux sociaux...)
  • délimiter les groupes de consommateurs s'intéressant à la marque (et leurs liens entre eux s'il y en a)
  • comprendre toutes les problématiques liées à la marque (produit, service, SAV, service client, fonctionnement, prix, garantie)
  • connaitre la perception de la marque auprès des consommateurs
  • connaitre l'utilisation de la marque dans les discours des consommateurs
  • évaluer l'attachement à la marque selon les publics
  • évaluer le potentiel de bruit de la marque

L'état des lieux ne se résume donc pas à une étude quantitative du bruit généré par la marque, il faut comprendre les territoires et problématiques qui lui sont liées. je pense plus précisément, qu'il vaut mieux découvrir à propos de sa marque, 5 blogs de qualité, qu'une centaine de piètre qualité éditoriale. de même, un seul forum où se tisse une communauté active autours de la marque, a bien plus de valeur que 100 citations de blogs éparpillées dans la webosphère.

Le peu de bruit généré par la marque n'est pas un critère valable pour se passer d'une veille des expressions en ligne

la veille d'opinion en elle-même pour ces types de marques permet de:

  • pouvoir anticiper un éventuel buzz (positif ou négatif)
  • pouvoir réagir à un avis de consommateur/ client mécontent
  • surtout s'il est un internaute d'"autorité" parmi sa communauté
  • veiller les communautés spécifiquement formées autour de la marque
  • détecter les signaux faibles en quelque sorte
  • connaitre ses internautes
  • entretenir une relation privilégiée avec eux

Aucune marque, aucune personnalité, n'est à l'abri d'un pic d'expressions en ligne. A cause d'un billet critique, d'un témoignage, d'une vidéo ou d'une photo en ligne, la goutte d'eau peut se transformer en raz de marée qu'on ne peut plus contenir une fois initié. C'est pour cela qu'une veille préventive permet d'être alerté du moindre message à risque et de pouvoir réagir rapidement. de même, la connaissance des communautés permet une adaptation des discours et une communication en ligne bien plus adaptée, + pertinente et donc plus performante. même si la marque ne génère que très peu de bruit en ligne, il est utile, voir indispensable d'initier une démarche de veille en ligne afin de connaitre au plus près cette caisse de résonance qu'est le web.

Enfin, les avantages d'une veille d'opinion sur des marques peu présentes en ligne sont nombreux:

  • vous pouvez aussi tirer profit d'une veille d'opinion sectorielle par exemple.
  • vous pouvez occuper l'espace avant que des consommateurs ou clients mécontents s'en chargent à votre place
  • vous pouvez initier un dialogue privilégié avec vos clients/ parties prenantes
  • vous pouvez mettre en place cette veille avec un petit budget, en très peu de temps
  • vous pouvez donner de nouvelles perspectives à vos stratégies internet
  • vous pouvez connaitre mieux les attentes de vos addicted et ainsi répondre au mieux à leur besoins, ils sont vos ambassadeurs en ligne
***

j'espère que ces quelques lignes un jour convaincront les décideurs que la veille d'opinion n'est pas une discipline réservée à la téléphonie ou à la politique. La veille d'opinion n'est pas non plus la veille des courbes de buzz. Selon moi, tous les domaines, tous les produits et services sont concernés. et les marques qui génèrent peu de bruit en ligne sont l'objet de veilles tout aussi passionnantes et enrichissantes que les marques à fort potentiel de bruit. Les quelques expressions trouvées peuvent être aussi enrichissantes que les tonnes de reprises en ligne de billets identiques. Il faut dépasser l'analyse quantitative pour se pencher sur le qualitatif.

mercredi, mars 26 2008

veille d'opinion: set up! pour l'Elysée ou pour les autres...

Et oui ce n'est plus un scoop (si ce blog délivrait des scoops ça se saurait), l'Élysée s'est doté d'un veilleur chargé de surveiller la toile, môsieur NP (petit buzz buzz buzz).la plupart des bloggeurs ont déjà traité cette info...mais finalement peu du point de vue professionnel de la veille. Je vous invite à lire le billet de versac, grand professionnel de la veille d'opinion ;-) qui explique très bien les enjeux d'une telle veille sur la toile.

Alors comme ça en vrac, quelques curiosités de veilleur d'opinion sur la mise en place d'un projet comme celui ci :

Quel logiciel?

  • un classique de surveillance: KB Crawl- Digimind- Datops consommateurs- Opinion Tracker?
  • un classique de tendances: RTGI- wasalive-swammer....
  • un outil créé sur mesure? par qui?
  • un outil développé par les services généraux?
  • Bien sur on imagine aisément que les petits outils d'alertes comme pleegs, google Alerts, Trackur et compagnie sont eux aussi utilisés en complément.


Quel prestataire?

  • qui sont les prestataires de l'Elysée sur ce sujet? (si prestatire il y a),
  • peut aider ce service de comm? L'info parait on ne peut plus stratégique....
  • Le service fait il appel à ses services du ministère de l'intérieur? de la défense?
  • Est-il en contact avec les différentes directions de renseignements?
  • Et les services de presse?
  • Capitalisent ils les veilles d'opinion de ces entités?

Quel reporting?

  • un reporting hebdo/mensuel/annuel
  • un reporting d'opinion/ de buzz
  • des indicateurs comparables sur le long terme (4ans)
  • une logique d'alerte en cas de crise bien évidemment!



Quel part au traitement de l'info? On sait que la performance d'une veille se mesure entre autre par le temps passé aux traitement des informations. Et la pertinence du traitement de l'information dépend de la finalité de la veille: analyser? agir + vite? comparer? Les déclarations du post de "tout surveiller" est très subtile carfinalement on ne sait pas à quoi va servir cette veille...!

si stratégie d'exhaustivité des sources: oui, vaste question quand on sait le bruit que génère un tel sujet...

  • collecte 30% du temps, traitement 50%, analyse et reporting 10%
  • ou bien collecte 50%, analyse 40%, reporting 10%

si stratégie de séléction des sources:si la veille se contente de surveiller les influenceurs ou les buzz:

  • collecte 10%, analyse 60%, analyse et reporting 30%



Quel périmètre thématique?

  • E-reputation du président?
  • ...et de sa femme?
  • veille des tendances d'opinion ("cote de popularité on line"?)
  • Sur les sujets d'actualité? les reformes?
  • Sur les relations internationales?
  • etc...

D'autres thèmes pourraient être abordés, comme le périmètre linguistique, le périmètre de compréhension des signaux faibles, la question de la pondération d'une information, de sa visibilité, de son influence, ainsi son "executive"(sa finalité), etc....

toutes ces questions sont partie intégrante de la mise ne place d'un veille d'opinion, du choix du logiciel, au format du reporting. Elles sont autant de paramètres qui aiguisent ma curiosité. La mise en place d'une telle veille est passionnante. J'espère qu'on en saura + dans les semaines, mois et années qui viennent....

jeudi, février 21 2008

quel est le comble de ....

....la web réputation? >> réponse: c'est de l'avoir mauvaise.

un petit buzz négatif se déroule depuis ces derniers jours sur la toile, à propos du terme "web réputation", détenue par la société Hington Klarsey qui a déposé le nom de domaine web-reputation.com. je n'ai pas l'habitude de relayer les buzz, mais la je me sens concernée vu que j ai acheté le nom de domaine veilledopinion.fr en début d'année.

Du coup j'ai fait des recherches sur le terme "veille d'opinion" et je crois que c est bon personne ne va me tomber dessus, enfin j espère...(Concurrents, soyez sympa ne m'attaquez pas on pourra s'arranger :-) )

pour retracer l'histoire qui agite la blogosphère, lisez les posts de crise de comm, de guim et bien sur des intéréssés Jacques Froissart, mrboo et Mathilde.

L'histoire est passionnante car une société spécialisée dans la web réputation qui crée autour d'elle un buzz négatif dans la blogosphère est plutôt surprenant.

Si la stratégie à long terme est de montrer que toute web réputation peut être modifiée, ou en tout cas gérée nous pourrons donc bientôt apprécier leur travail....

voici quelques indicateurs d'évaluation de leur travail:

  • plus de mentions de cette histoire dans google, ou au moins pas dans les 20 premiers resultats (c'est pas gagné)
  • que leur site soit au moins référencé dans google avec la requête "webreputation" (toutattaché)
  • que leur site soit placé avant les posts du nouvel obs, de palpitt, de zdnet et O1net, pour les requetes google web reputation


Voila 3 objectifs qui pourront tester le travail de ce cabinet.

Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés, dit-on....

vendredi, février 8 2008

profusion d'information = séléction- january

profusion d'information sur le web ces derniers temps à propos de la gestion de la réputation! certains disent que c'est à la mode, je penche plutôt pour une prise en compte de plus en plus forte des risques que peuvent comporter l'ignorance de ce média.
Et même si de plus en plus de sources traitent de la problématique, il y a certains éléments que j ai envie de partager avec vous

Pour January, je récapitulerai les informations e-réputation et veille d'opinion en 2 éléments principaux (pour les autres éléments, une recherche blogsearch sur la "e-reputation" suffira à assouvir les besoins d'information!:
- le yahoo pipes de nicolas chazaud, essentiel pour la veille sur ces problématiques!
- La cartographie de webilus: service 2.0 et identité numérique, qui offre un peu de fraicheur dans le traitement de l'identiuté on line

Je note quand même deux articles qui, même s'ils n'apprennent pas grand chose pour un professionnel de la veille et de la réputation, ont au moins le mérite d'exister et de considérer le sujet dans une globalité propre:

- le ppt de M2IE sur la gestion de l'image de l'entreprise qui offre un panorama assez juste des éléments à prendre en compte dans la globalité de la gestion d'image sur le web.
- le post de réputation anxiopole sur le personnel branding
voila mes sélections, riches en HVA ! (si on les utilise pertinemment bien sur)

jeudi, décembre 13 2007

reputation doctor: le top ten 2007 de mike paul

le top ten des crisis reputations 2007 de Mike Paul vient de sortir. Alors que l'année 2006 était marquée par le sport (avec Zidane- coup de boule- et Floyd landis -tour de france-), le top ten 2007 présente 2 personnalités qui ont vu leur réputation flancher: 7eme position paris Hilton (pour son séjour en prison), 5eme position Britney Spears (pour sa vie de béboires, en gros). Des stars dans ce classement? le show bizz ne devrait il pas faire l'objet d'un classement à part? Apparrement, non. Et ca me fait bien marrer, aux US, britney et paris sont bien des problemes nationaux.

A noter que cette année la France n'est pas représentée dans son classement. Se serait on bien conduit en 2007?

lundi, décembre 10 2007

des outils de mesure réputation on line

Excellent billet que techcrunch nous livre ici, sur les outils de réputation on line. Selon l'article, nous pouvons maintenant mesurer notre excellente réputation on line. D'un point de vue veille d'opinion, j'irai jusqu'à établir des suivis: des quotiens entre les différents resultats des outils, des moyennes des notes /20 et pourquoi pas d'autres paramètres (idée! : la météo des réputations: ensoleillé, nuageux, orage, neige.... ;-) )
Ces outils ont l'air très intéressants et perfectionnés, mais, comme le souligne Webreport, on ne peut se limier aux outils. Un système de dialogue avec les auteurs, dans une démarche de communication posistive, permet de comprendre leurs positions, et ainsi, permet le gestion de la réputation. En se défendant peut etre, en se justifiant parfois, en s'expliquant, surement!
Et en plus, si la -mauvaise- réputation d'une personne est le résultat d'un acte offensif, alors il ne servira à rien d'effacer quelquonques vilaines traces sur son nom. Elles reviendront aussitot et avec un effet "dobble", et "boomrang" meme ! alors dans ces cas la, les actions de communications sont là pour ca, et les outils ne seront qu'aux service des ces actions.
et l'image est rès representative de la problématique! (source: yahoo)

mardi, juillet 24 2007

Tool Test ...en vrac

Tool test de blogger.... je me suis amusée à tester les petits outils de bloggers qui font parler d'eux en ce moment. Peut etre me direz vous si vous les testez vous meme ou non, si vous les utilisez par la suite, ou ce que vous pensez de cette panoplie de petits tools. On s'y perd un peu, mais ils permettent de toucher du doigt les petites innovations web, et donc de rester "aware". Tester prend pas mal de temps mais sans test on ne peut pas évaluer les petites innovations ou des gadgets. Je teste donc depuis 1 semaine les inscriptions et les mots de passe oubliés...

Lire la suite...

mardi, juin 26 2007

Emission sur la réputation on-line

Vu sur le blog de Reputation management, un billet sur l'émission de radio très sympa à écouter, sur la réputation en ligne. L'émission ne dure malheureusement que 20 minutes, mais elle fait malgrès tout un bon tour de la question: sont notamment interviewés Nicolas Chazeau, dont je suis régulièrement le blog, un étudiant en marketing sportif qui s'est fait recruté grace à son blog (un peu comme moi!), et jacques Froissart, pdg d'Altaïde, entreprise de chasseurs de tetes. l'émission est accessible ici sur le blog de l'atelier d'RFI. A noter que l'émission peut etre écoutée dans son intégralité avant montage. sympa.

dimanche, juin 17 2007

bienvenue buzzeuse....

Vous avez peut etre deja entendu parler de Marie et son CV video qui a fait fureur sur la toile ..alors bienvenue chez FullSix!! et plus precisement chez DMC, oui bien sur, et ca me donne une occasion de faire ma promo et celle de la filiale OTO research ou je fais mon stage!
ca c est du bon buzz