Je me fais l'écho du nouveau livre blanc de Digimind sur la veille sur le web 2..Il a l'air assez bien fait et je vous invite à la consulter.
Il est accessible sur le site de digimind, ici et il suffit de s'inscrire.
dans le fond, le livre est pas mal fait, meme si pour les personnes habituées au web 2, on n'apprend pas grand chose (à mon avis), mais il a le merite de faire un tour d'horizon de la recherche d'info et de la veille aujourd'hui, finallement les flux et les plateformes collaboratives.
d'un point de vue "veille d'opinion" et analyse de rumeurs sur le web, je souhaite souligner quelques éléments qui m'ont paru intéréssants de ce point de vue:

  • Quelques citations :

"Le service s’améliore quand le nombre d’utilisateurs augmente. Le Web 2.0 met à profit l’effet de la "longue traîne" (ou long tail en anglais), popularisé par le magazine Wired "(p.9)
"Paul Graham évoque le principe de "démocratie" du Web 2.0, c'est-à-dire la superposition au réseau technique d’un réseau humain qui participe à la création et à l’enrichissement de contenus et services. L’internaute deviendrait ainsi "consomm’acteur" : à lui de produire, publier, diffuser, indexer, partager des contenus de tous types. "(p.10)

  • Une typologie des utilisateurs très pertinente en ce qui concerne le public touché par une information:

les inactifs (52 %) .
les spectateurs (33 %) : consommateurs de contenus texte ou multimédia (blogs, vidéos mis en ligne par les utilisateurs, podcasts)
le smenuidiers (19%): utilisateurs de réseaux sociaux
les collecteurs (15%): utilisent des flux RSS et tagent les pages web
les critiques (19%): postent des commentaires sur les blogs, les avis, les critiques
les créateurs (13%): publient des contenus en ligne (blog, video) (p.11)

Ainsi, nous pouvons conclure (ou presque?) que lors d'un avis rédigé, pour calculer le nombre de personnes touchées par cette information, il faut tenir compte des 52% de personnes inactives mais néanmoins touchées par cette info. Il en est de meme pour les spectateurs. Ces deux catégories ne laissent aucune trace visible sur le web (si ce n est un nombre de visite ou de visionnage).

  • un paragraphe sur le journalisme citoyen et la fin de la verticalité de l'information:

"Pour Pierre Chappaz, fondateur du site Wikio, "les blogueurs ne sont pas journalistes, mais ils peuvent apporter une vraie expertise sur certains sujets qu'ils connaissent, et il serait dommage de s'en priver". Selon lui, les médias 2.0 ne seront plus des canaux exclusifs de diffusion mais producteurs de contenu et des "marques". Désormais, le scoop n’est plus l’apanage des seuls journalistes" (p.20)
"Des centaines de blogs politiques ont fleuri sur le web, certains d’entre eux se révélant particulièrement influents. On parlera de journalisme citoyen à propos de sites comme Agoravox ou de l’ "allée numérique" Rue 89, lancée en mai 2007 par d’anciens journalistes du quotidien Libération. Ces nouveaux médias en ligne marient les communications venant de journalistes professionnels, "experts" et internautes." (p.21)


  • Un projet que je découvre : le Wikiasari (yah ha!), apparemment fort comme Dragon Ball

''"Celui qui fait le plus parler de lui est le projet de Jimmy Wales, le co-fondateur de l'encyclopédie Wikipedia. Baptisé Wikiasari 98 (combinaison de wiki, "rapide" en hawaïen et asari, "recherche fouillée" en japonais), le projet vise à créer un outil de recherche où les internautes pourront influer sur les résultats en notant leur pertinence et/ou en en proposant de nouveaux, selon leur expertise.

Ce type de moteur s'inscrit donc à l'opposé d'outils comme Google aux algorithmes automatiques, dont les robots sont souvent trompés par des manipulations de webmasters (spamdexing par exemple). (p.60)"''
J'ai hate de voir ce nouvel outil ! surtout contre le spamdexing qui est un vrai fléau!

un petit bonjour aussi aux auteurs, dont Veronique Mesguish qui a été mon professeur de licence de veille (et oh combien adorée!)