Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, janvier 11 2012

Break (officiel)


kamablog_pause_break.jpg Tout le monde s'en doutait, tout le monde avait remarqué, ce blog est en jachère depuis bien longtemps.
J'avais préparé un billet de "fermeture" du kamablog mais finalement je n'arrive pas à m'y faire.
Donc plutôt que de laisser croire que ce blog est abandonné, je préfère ordonner officiellement son chômage.
Je laisse les billets que j'ai écris depuis 2006, histoire de. Je vous retrouve sur Twitter !

mardi, septembre 1 2009

Problématique de veille: les liens du web social




Le lien hypertexte est un élément constitutif du web social: il permet de lier les espaces, de diffuser du contenu stocké en ligne, de transmettre les informations, etc. kamablogs_liens_liens_hypertexte.jpg

Depuis internet, et surtout depuis le web social, tout le monde peut créer des liens hypertextes. La structure d'un lien hypertexte a été (autrefois) plus ou moins implicitement normée par les professionnels d'internet et de la documentation: le lien hypertexte idéal doit porter le nom de l'élément vers lequel il pointe.

Mais depuis le web social, il faut dire que les internautes se soucient peu de savoir quelle est la forme la plus intelligible pour le lecteur d'un lien hypertexte.

Les liens hypertextes sont donc passé d'"éléments" intelligibles" à "éléments lyriques ", sans pour autant modifier leur fonction première: illustrer un propos avec une page web déjà existante.

Il y a, dans cette transformation du lien hypertexte, un enjeu majeur pour la veille, car s'ouvre une nouvelle problématique pour la recherche et la détection des informations.

La disparition des mots clés dans les textes.

kamablogs_liens_target.jpg En surface, il est courant de voir les internautes se passer de l'écriture de l'élément pointé: l'internaute use facilement des mots "de substitution" pour pointer vers des éléments illustrant son propos. > Par exemple, il est courant de lire "comme je l'ai dit , et ", ou "pour plus d'information, lisez ceci".

Dans ce cas, nous nous savons pas, en lisant le texte, vers quelle information l'auteur nous dirige. Lorsque nous lisons en ligne, il est facile de pointer la souris pour prendre connaissance de l'URL du lien, et en déduire la teneur en information. Mais lorsque nous lisons le texte imprimé, il n'est pas possible de avoir de quoi il retourne. Les liens, et donc le texte également, perdent en pertinence.

En terme de recherche et détection d'information, le lien, utilisé de cette façon, est une problématique à lui seul: les moteurs de recherche se basant principalement sur des mots clés, les substitutifs ne peuvent être repérés. kamablogs_liens_loupe.jpg

par exemple, "en lisant ceci, je me suis dit que c'était une très bonne idée, et que j'allais faire de même. En fouillant sur le web, j'ai trouvé des initiatives que j'ai apprécié, et d'autres que je n'ai pas apprécié" Etc.

Dans ce cas là, l'auteur ne cite à aucun moment le nom de l'initiative, ni le domaine d'application (et imaginons en plus, un titre insignifiant ou un titre jeu-de mots). Il est impossible pour le moteur de recherche, de détecter ce texte. de plus, cet internaute émet un jugement clair entre entre les éléments qu'il a apprécié, et les autres qu'il a peu apprécié. Nous sommes totalement dans l'analyse des opinions en ligne.

Les veilleurs doivent donc passer par certains subterfuges, comme les recherche avancées des moteurs, les recherches de mots clés dans les liens hypertextes, les recherches de connexions des liens, les recherches sémantiques dans les liens, pour détecter ces éléments.



***

Nouveau mode de linking: le service de tinyurl.

kamablogs_liens_twitter_logo.jpg La recherche des mots clés dans les liens est depuis l'arrivée des Tinyurl, est devenue inefficace. Les tinyurl sont des "petites url", des sortes d'url de substitution, générées automatiquement, pointant vers un lien (donc une page). Les tinyurl comportent de nombreux avantages, comme la faculté de se diffuser facilement, notamment sur Twitter, qui ne propose que 140 caractères pour s'exprimer.

Avec les tinyURL, la difficulté de détection des liens s'est corsée. Avec des tinyURL, les veilleurs ne peuvent mettre en place les éléments de recherche décrits ci dessus: les url, n'offrent plus de mots clés, ni aucun élément intelligible dans de l'url. L'autre difficulté des tinyurl, est leur usage unique. Une URL peut donc avoir plusieurs TinyURL.

kamablogs_liens_liens_tinyurl.jpgLes tinyurl étaient souvent utilisés pour les services de microblogging, compte tenu de manque de caractère disponibles dans les messages. Mais depuis peu, les internautes les utilisent également dans les billets, commentaires articles, ou messages de forum.

>>>>> Ainsi, les moteurs de recherche fonctionnant par mots clés ne seront sûrement pas, demain, les moteurs de recherche les plus pertinents sur le web social.

Le veilleur doit donc redoubler d'attention, mettre en place de nouveaux moyens de détection de l'information, faire appel à des outils sophistiqués.

Pour garder leur pertinence (toujours discutable), les moteurs devront en effet s'adapter au nouveau mode de communication des internautes, et à leurs usages des liens hypertextes. Les ranking et autres classements automatiques devront ainsi revoir leur fonctionnement.

Pour les veilleurs, La détection des informations passera de plus en plus par les liens hypertextes "lyriques": les éléments de la toile seront de plus en plus inter-connectés, les utilisateurs, de moins en moins soucieux de se faire comprendre, si ce n'est par leur communauté d'habitués.

La détection des opinions passera par l'appréhension et l'immersion dans les communautés. Le veilleur ne devra plus rechercher, il devra détecter: prendre connaissance des informations sans passer par des moteurs de recherche devenus désuets.

images: pharmacie, telio.be, jouets-veille,

vendredi, juin 19 2009

Veille d’opinion : Choisir son outil de veille spécialisé



iexpo2009



I expo 2009. Salon incontournable pour les acteurs de la veille, notamment maintenant, de la veille d'opinion. J'ai fait mon traditionnel et annuel tour des exposants éditeurs de logiciel de veille sur le web social. J'ai pu apprécier des évolutions techniques de certains outils, mais aussi fonctionnelles ou graphiques. Même si j'ai retrouvé sensiblement les mêmes stands que l’année dernière, je constate que les outils trouvent peu à peu leur propre positionnement sur le marché des offres (recherche VS surveillance, espace d'autorité VS longue traine, modules additionnels de traitement VS intégration d'une offre d'analyse interne).

Quelques outils de veille spécialisés dans la veille sur le web social.

Linkscape de Linkfluence
AMI Opinion Tracker d'AMI software
Digimind, de Digimind
Web Influence Tracker de Lexis Nexis Analytics
MediaSpotter de Spotter
Sindup de Sindup
Synthesio de Synthesio

Une liste des éditeurs de solutions est disponible sur cadde reputation. La liste recueille davantage les acteurs de la veille sur le web social, mais certains éditent des solutions logicielles internes.

Choisir un outil

Les logiciels de veille spécialisés dans le web social tiennent une place à part dans le paysage des offres de veille et d'IE. L'enjeu, plus que de comparer les outils et leurs fonctionnalités, est de bien cadrer ce que l'on attend de la veille. Les outils ne sont pas magiques, et ne sont pas des machines à pondre des rapports. Ils sont en revanche une aide précieuse pour les étapes de recherche d'information pertinente, de traitement, d'analyse etc.

Selon les problématiques, on se dirigera vers un outil de recherche d’information, ou un outil de surveillance d’un corpus de sources défini. Les outils parfois combinent ces deux types d'accès à l'information.

Lister les objectifs de la veille sur le web social, et les besoins en information est une étape primordiale, qui permettra d'éliminer au fur et à mesure des l'étude des outils, les solutions logicielles qui ne vous conviennent pas. Bien sur, l'objectif principal de l'utilisation d'un outil de veille est de faire gagner du temps (automatisation des tâches).

Les questions indispensables avant d'étudier les solutions: cadrer les objectifs particuliers de la veille

Sur l'objet de la veille:

  • Qu’est-ce qu’il faut surveiller ? une marque ? un thème ? un marché ?
  • Est-ce que mon sujet est beaucoup discuté ? quels sont les thèmes les plus importants ?
  • Existe-t-il une communauté d'experts sur mon produit/ sujet? quelle importance leur accorder?

Sur les besoins en information:

  • De quelles informations ai-je besoin ? des informations quantitatives ? qualitatives ?
  • Qui est mon public cible ?
  • Comment vais-je traiter les données ? par public ? par espace ? par sujet "saillant" ?
  • Quelle importance accorder aux signaux faibles ? aux tendances lourdes ?
  • Quelles études pour les dynamiques d’opinion ? la circulation de l’information ? le traitement des sujets ?
  • Suis-je intéressée par un traitement sémantique ? un traitement cartographique ?

Sur les espaces à surveiller

  • Que faire de la presse ? les nouveaux médias ? les blogs, les forums ? les réseaux sociaux ? les vidéos ? les dépêches AFP? les commentaires?
  • Que faire avec Twitter, Facebook?
  • Quelle est la communauté la + importante pour mon sujet ? quels sont ses espaces de discussions privilégiés ?
  • Est-ce qu’il faut surveiller un corpus de sources prédéfinies en amont ?
  • Est que mon sujet suggère de s'attacher particulièrement aux blogs d'autorités? ou également aux blogs de la longue traine?

Le bon cadrage d'une veille permet de savoir exactement ce que l'on attend d'un outil spécialisé. Il n'y a pas de bons ou de mauvais outils, il n'y a que des outils qui correspondent ou non à nos attentes et à nos besoins !

dimanche, février 22 2009

Représentation 3D du web social


Voici ma proposition pour la mise en place d’une stratégie de veille d’opinion à l’aide d’une représentation 3D.

Ce schéma n'a pas la prétention de représenter la complexité du web social, mais bien de schématiser les dimensions du web social à considérer lors de l'élaboration d'une stratégie de veille d'opinion.

Faites tourner l'image en 3D à l'aide de votre souris !
Merci à Davodafone pour le dessin et la technique...


La représentation 3D du web social permet de prendre en compte les dimensions essentielles pour mettre en place des axes de veille d’opinion sur le web social.
Nous avons choisi de représenter 3 dimensions:
* Des hommes : les communautés
* Des expressions : les opinions
* Des moyens d'expressions : les espaces

Le web social doit être considéré comme un ensemble uni des dimensions qui le composent. Isoler les dimensions d’un sujet sur le web permet d’établir un plan de veille d’opinion, et d’adapter ses outils de recherche, de veille et d’analyse selon la nature des informations à traiter.
En effet, la veille d’opinion doit considérer les lieux et les teneurs des expressions, mais aussi leurs auteurs et leurs positionnements dans les communautés d’appartenance. C’est l’ensemble de ces considérations et analyses qui forment les caractéristiques d’une veille qualitative des opinions en ligne.

Ainsi, les avis exprimés peuvent avoir un impact différent, au regard de leur auteur (autorité, implication dans la communauté...). De même, les avis rayonnent différemment selon leur lieu d’émission (blog/ forum, sites d’avis de conso). Il est important donc d’évaluer les dimensions des sujets en ligne, pour analyser les teneurs et les portées des messages diffusés sur le web.

Déterminer les lieux d’expression, la teneur des expressions, et les groupes d’internautes qui les expriment, permet de cerner les éléments essentiels pour la mise en place de veilles d’opinions.


Indication sur les éléments graphiques

L'élément central

web3D_main.JPG* L'élément central est constitué d'avis (atomes), qui, associés par des liens divers (bâtons), forment une sphère (molécule).
* Cette molécule est le résultat de l'agrégation des caractéristiques des liens (hypertextes, amicaux, thématiques, ...), des espaces (blogs, forums, facebook....) et des communautés (politique, immobilier, people....). Nous l'appelons donc "molécule sociale".
L'élément est composé de trois "couches", représentées par les schémas-reflets sur les parois "espaces", "communautés" et "opinions".


Les projections sur les parois : Les projections sur les parois correspondent l’isolation des éléments constitutifs des molécules sociales.

La paroi « communautés »

web3D_communities.JPG* Les communautés sont représentées par des cercles de couleurs.
* La paroi « communautés » reçoit le reflet des molécules sociales du point de vue communautaire. Ainsi, la projection représente les communautés identifiées qui prennent la parole sur ce sujet. Au même titre que les molécules sociales sont entremêlées, les trois projections se coupent facilement.



L’identification des communautés est nécessaire pour mettre en exergue, analyser et pondérer les discours des auteurs.

La paroi « espaces »

web3D_spaces.JPG* Les espaces sont représentés par des cercles gris.
* La paroi « espaces» indique les nombreux outils à l’aide desquels les internautes s’expriment (twitter, facebook, blogs...). La projection des espaces sur la paroi correspond à l’identification des espaces sur lesquels s’expriment les idées.




L’identification et l’isolation des espaces permettent de déterminer les techniques et outils de veille correspondants à leur nature.

Le sol « opinions »

web3D_opinions.JPG* Les opinions sont représentées par des tâches de peinture.
* La paroi « opinions » est une peinture des avis et idées des molécules sociales, façonnées par les caractéristiques de communautés (implication dans le sujet, autorité) et d’espaces (portée de diffusion d'un blog, appel à la conversation d'un forum…).



L’identification des opinions est nécessaire à l’analyse de l’évolution des tendances.


Enfin, derrière les parois (faites tourner la vue 3D avec votre souris! :-) ), deux nuages de tags indiquent quelques exemples d'espaces et de communautés.web3D_spacewall.JPGweb3D_commwall.JPG

Conclu !
L'objectif de ce schéma est de proposer de façon simplifiée, un découpage "tri-dimensionnel" du web social aux veilleurs. Ce schéma ne constitue évidemment pas une Vérité, notre point de vue est subjectif, nos représentations aussi. J'espère cependant que ce schéma sera utile à quelques uns!

vendredi, février 13 2009

carto pour la veille de réputation: design de la visibilité

cardon02.JPG

J'ai eu l'occasion il y a quelques semaines d'assister à une conférence sur le web social, avec l'intervention de Dominique Cardon, sociologue chez Orange Labs. Il a exposé son travail sur la typologie du web 2.0, appelé le design de la visibilité..

Le design de la visibilité se compose de plusieurs prismes de présentation de l'identité numérique, sous forme de maps. L'identité numérique est représentée sous toutes ses coutures: ce que l'on voit, ce que l'on veut montrer, quels sont les espaces propices au développement de ces identités, quelles sont leurs interactions, quelles sont les points communs et différences entre les identités réelles et "projetées" sur le web. A lire absolument.

En terme de veille, ce travail permet au veilleur d'appréhender, de comprendre, d'analyser et de délimiter les territoires et espaces à surveiller selon les positionnements des problématiques.

Pour la veille et la gestion de la réputation en ligne, le veilleur va pouvoir aisément cerner et comprendre le positionnement de ces identités, délimiter les territoires intéressants à mettre sous cloche, et ainsi constituer un système de veille adapté aux espaces sociaux du web.

cardon01.JPG cardon08.JPG


Ces cartes permettent également de se situer en tant qu'internautes, en tant que participant dans les différents territoires. Comment se situer? quelles attitudes adopter sur quels espaces? Quel est mon diagnostique? Quel est mon comportement en ligne?

Mais aussi comment surveiller mes traces? comment capitaliser mes contributions en ligne? comment être alerté d'un dérive de mon identité? Comment répondre à une "attaque" en ligne? globalement, comment réagir?

cardon09.JPG cardon101.JPG

Le design de la visibilité, en plus de comprendre les enjeux de l'é-réputation, permet d'établir un "diagnostique" de l'identité. Appliquer des outils de veille aux territoires concernés, définir et capitaliser ce système, inscrit la veille comme élément fondamental de la gestion de sa réputation en ligne.

L'e-réputation est un des enjeux de ce nouveau siècle, et de très bons blogs publient régulièrement des articles sur le sujet, cadde-reputation, e-reputation.org, axiopole, et bien d'autres, issus du personnal branding, de la veille image, de l'intelligence économique, des outils de veille, qui abordent ponctuellement le sujet.

Ce billet présente les 5 schémas du design de la visibilité. Crédits: Internet Actu

lundi, novembre 17 2008

appel d offre veille d opinion...quelques séléction des réactions

voila ca buzz !!

J'hésite à publier mon opinion sur cet appel d'offre, et ce pour deux raisons:
- il y a assez de développement et de débat en ligne pour en rajouter
- et je n'ai pas eu le temps de tous les lire (enfin j'ai pas pris le temps, parce que lire des billets et des articles qui dénoncent une surveillance illégitime de la toile ne me font pas envie).

Tout à l'heure, je ne comprenais pas pourquoi les visites sur le kamablog avaient augmenté de plus de 60 %...;et en écrivant ce billet je viens juste de réaliser (un peu tard certes!). de toute façon ce n'est pas mon genre de profiter du trafic généré par ce type d'évènement/ buzz. Il faut dire que d'ordinaire les noms choisis pour ces types d'appels d'offre revêtent très peu le mot "veille d'opinion", ils sont en général plus discrets et portent les doux noms de "veille image", "veille en ligne", "veille des expressions en ligne".

Bon, sur le fond je n'ai pas trop d'avis sur cet appel d'offre, ou bien mon avis est forcément subjectif car la veille d'opinion, c 'est mon métier quand même. En fait, je n'ai pas trop envie de prendre position. Juste envie de dire que leur appel d'offre montre qu'ils ont très bien cernés les problématiques et les enjeux de la veille d 'opinion en ligne.
Je m'arrête là pour les appréciations personnelles. Et pour changer un peu sur ce blog, je vous propose ma séléction brute de liens, articles et billest choisis pour les billets à forte analyse ou les billets qui m'ont fait parfois rire (ou pitié). je compléterai les prochains jours cette liste.

- Le plaisir solitaire de l'auto-délation. (ou comment je me suis dénoncé à mon propre ministère) chez Affordance
- Sélection Docs pour Docs (pour mieux comprendre les réactions)
- Quand la veille devient une chasse aux sorcières, chez FJB:
- En aucun cas on ne peut parler de fichage dans Libé
- appel d'offre pour une "veille d'opinion", sur l'espace anti-délation
- ne pas confondre veille d'opinion et contrôle d'information chez wellcom
- le ministère de l'éducation nationale veille sur Internet dans l'express
- Appel d'offre par SUD
- veille d'opinion dans l'éducation sur sarkomania
- veille d'opinion: 220 000 euros par an pour surveiller l'opinion sur rue 89
- Le ministère de l'éducation veille sur internet et inquiète les enseignants dans le monde informatique
- Darcos lance un nouvel appel d'offre gouvernemental pour surveiller le "risque d'opinion" sur Internet sur les mots ont un sens
- le collectif papera:
- l'appel d'offre "veille d'opinion sème la parano chez les profs" dans le monde
- Education: veille de l'opinion sur bellaciao
- Mon blog anti-sarko-mania sous surveillance! sur antisarkomania

mercredi, octobre 22 2008

veille d'opinion: veille transversale

La veille d'opinion, une veille transversale.

La veille transversale est un concept peu utilisé (moins de 60 résultats sur maître google). je jette ici donc quelques éléments qui permettront je l'espère de mieux comprendre les facettes de la veille d'opinion, qui n'est pas que veille image et veille réputation....

Comme je l'ai rajouté sur la page wikipédia, la veille d'opinion est maintenant complètement assimilée à l'ensemble des veilles d'entreprises, constituant ainsi un type de veille à part entière.
Mais la veille d'opinion est également transversale car elle peut également s'appliquer en complément de certaines veilles.

En effet, si je reprend le listing des types de veille de wikipédia, en considérant les apports informationnels que pourrait fournir une veille d'opinion, cela donne ceci:

  • complément pour la veille commerciale:

veille sur les opinions des consommateurs sur les pratiques commerciales (ex. sur différents supports: cortix, myco anna)

  • complément pour la veille concurrentielle:

veille des opinions exprimées sur les concurrents: (ex typique et très enrichissant pour ce secteur de l'adsl: les forums dédiés

  • complément pour la veille financière:

veille d'opinion sur les forums de discussions à thématique financière (sur boursorama,, capital

  • complément pour la veille médiatique:

veille des commentaires des articles des médias (ex: les echos ou le figaro (double enjeu pour cet article du figaro en terme de veille image)


La veille d'opinion est donc bien, selon moi, une veille transversale.
Elle permet , quelque soit le domaine ou le type de veille exercé, de récolter, surveiller et exploiter des informations à priori non exploitables, mais néanmoins utiles à la constitution et la capitalisation des informations. Elle "s'applique aux veilles-types".

En l'occurrence, nous pouvons dire que la veille commerciale, concurrentielle, financière et médiatique doivent (oui oui ) se doter d'une veille sur les expressions des consommateurs, car elles constituent un capital informationnel inédit pour étoffer ces types de veilles et capter des signaux faibles qui feront que vous aurez une longueur d'avance sur la compréhension globale des thématiques.



NB chez wikipedia:
veille horizontale: veille d'un domaine étendue à ses domaines voisins
veille verticale: veille appliquée à tout un secteur (veille sectorielle)

jeudi, octobre 16 2008

contextualisation des informations

La contextualisation des expressions en ligne est l'essence même d'une veille d'opinion à valeur ajoutée. L'exemple pris dans ce billet est la téléphonie.

La veille d'opinion c est avant tout, comprendre un environnement web, les territoires, ses caractéristiques, et les problématiques qui lui sont liées.
C'est, avant d'automatiser, cartographier les sphères, les appréhender, les caractériser, se les approprier, identifier les éléments phares des communautés.

Ex: la téléphonie sur internet est représentée par plusieurs sphères: la sphère innovation, la sphère mobile, la sphère consommateurs, la sphère marché, la sphère sans fil, les sphères des communautés (orange, sfr, mais aussi apple, LG etc) etc etc etc. le territoire de la téléphonie est composée de multiples sphères différentes et originales.

La veille d'opinion se situe toujours dans un contexte, un environnement, une actualité, un évènement. Ces derniers éléments sont constitutifs de la contextualisation d'un veille. ils sont les éléments qui font "bouger" les territoires (élargissement, éparpillement, concentration, etc.). La cartographie qui s'y prête n'est donc pas statique mais bien en mouvement permanent, selon les expressions et les territoires relevés.

Ex: le lancement de l'iphone n'a pas ébranlé toutes les sphères comme elle l'a fait pour la sphère apple ou pour la sphère orange. la sphère "mobile" a pris un peu part au débat, la sphère marketing s'est enflammée, tandis que la sphère du "sans fil" n'a pas bronché. les territoires ont bougé, certaines sphères ont fait des connexions entre elles, d'autres se sont éloignées par la force des choses.


Une cartographie n'a de sens que si l'on y met de l'intelligence. or, seul un humain peut lier les évènements de façon intelligible, et retranscrire les informations en y incluant des analyse pertinentes.

un outil quel qu'il soit n'est qu'un support de travail qui représente une aide dans la recherche et la collecte des informations. L'analyse et la diffusion sont préférablement assurées par le veilleur lui même. la diffusion des informations est l'élément qui donne tous son sens à la veille. Ainsi, pour sa diffusion aussi, la contextualisation est nécessaire.


La contextualisation est donc présente lors des 4 étapes essentielles de la veille: l'identification, la collecte, le traitement, et la diffusion des informations.

La contextualisation des expressions permet en effet de "peser" le poids d'une information. et c'est par la connaissance des sphères et des territoires qu'une information porte sa propre valeur.


NB: l'exemple est pris au hasard et les phénomènes décrits ne sont pas vérifiés

mercredi, octobre 15 2008

j'ai bu leurs paroles ...

petit billet en l'honneur des profs que j'ai eu à la fac et qui m'ont vraiment marqué. l'idée de ce billet m'est venue quand j'étais à ICC lundi. Je discutais avec certains partenaires (que je salue au passage s'ils se reconnaissent, coucou !), quand je vois qui ?? un des intervenants que j'ai préféré lors de mes petites études!! mais comme j'avais une discussion passionnante avec un expert, et bien je l'ai perdu de vue, et ne l'ai plus jamais revu ...:-(

je ne sais pas ce que je lui aurais dit (surtout qu'à la fac en général les profs ne se souviennent pas des élèves), peut être tout simplement que ses cours m'avaient guidé dans mes choix professionnels. Et donc, je me suis dit que je pouvais lister sur mon blog trois les très bons profs qui m'ont guidé dans le choix de mes études et de mes stages (et qui m'ont amené à exercer ce métier passionnant!) alors voilà, dans un ordre chronologique, les 3 profs

+ Muriel Amar (2003): la prof de techniques documentaires. M'a fait prendre conscience que l'ingénierie documentaire pouvait mener très loin. les connections entre doc, veille, IE, technologie et langages documentaires, bibliothèque et intelligence économique devenaient avec elle évidentes.
- souvenirs marquants: le ". -" (lire: "point espace tiret), norme afnor Z-44, indexation RAMEAU

+ Véronique Mesguich (2005): la prof des techniques de veille. A la pointe des technologies de recherches par internet, impeccable, incollable (et m'avais mis 16,5 à un devoir de veille sur les techniques de préventions des tsunamis, soit une meilleure note que la meilleure de la classe!), ce qui je l'avoue, biaise peut être un peu mon jugement, mais l'important c'est sa connaissance impressionnante des techniques de recherches d'infos.
- souvenirs marquants: les agents intelligents, les annuaires, BdD, IST, et ma bonne note

+ Laurent Gaildraud (2007): le prof du cour sur la rumeur. Des exemples fascinants, une culture du sujet à faire pâlir Kapferer, des légendes urbaines, de la sociologie et un prisme rumeurs sur le web, des exemples de buzz. une connaissance des mécanisme de propagation des informations impressionnante. sur yahoogroupe depuis 98 ! Un cours fascinant. l'apothéose, en somme.
- souvenirs marquants: investigation, lancement d'une rumeur, IE et communication de crise.


voilà, ça fait un peu "hommage aux grands profs" de ma vie! Mais cette petite liste me permet également prendre du recul sur ces dernières années (études) et par ce recul, de pouvoir me projeter dans les années à venir (travail)
En tous cas, ce sont des professionnels extras et si vous avez l'occasion d'échanger avec eux n'hésitez pas !

jeudi, octobre 9 2008

e-répoutassionne

Bonjour,

si vous voulez vous former à l'e- reputation, la webréputation, la réputation en ligne, la réputation sur internet, ou bien à l'identité numérique, c'est le moment!

Sur le web, il y a des phases comme en ce moment ou fleurissent les dossiers, les émissions, les conférences, les conférences et les autres conférences. Ces prochains jours en effet, pas moins de 3 conférences nous sont proposées ...sur un même sujet, la répoutassionne.
Alors comment aborder "la chose"?
ces conférences valent-elles la même chose? A quels publics s'adressent-elles? comment abordent-elles le sujet? quels outils vont être présentés ? (ça on peut facilement deviner), mais donc faut-il choisir sa conférence? mais comment la choisir? Devons-nous aller à toutes les conférences? ...et la grande question est : N'allons-nous pas être gavés ?


Edit au 13/10/2008 : encore un : caddiereputation;)

mardi, octobre 7 2008

consommateurs off-line

le week end dernier, j'ai du raconté à quelques amis mon métier. c'est toujours très enrichissant de parler avec des personnes qui ne sont pas du tout "dans" le web, des personnes qui utilisent à peine leur messagerie mail. Quand on est "dedans", on croit que tout tourne autour du web...alors que non, nous ne sommes qu'une infime minorité, tous les consommateurs ne tapent pas dans google leurs problèmes d'assurance ou leur futur achat de mobile....
voici quelques remarques qui m'ont marquées, avec mes réflexions entre parenthèses

  • "ça ne me viendrait pas à l'idée de me défouler sur internet" (si si c'est vrai, texto !) (alors que moi c est ma première idée)
  • "ya vraiment des gens qui se font avoir? et qui témoignent sur internet" > oui oui, d'ailleurs quelques fois je compati
  • "ça ne sert à rien d'écrire sur un forum ça ne va pas résoudre le problème" (non mais ça soulage)
  • "on ne peut pas gueuler en écrivant, au téléphone, au moins on peut" (oui là j'ai rien à répondre)
  • "quand j'ai un probleme j 'appelle, je ne vais pas voir sur google" (tu devrais !)
  • et d'autres....

Mon discours sur le pouvoir du consommateur-citoyen, de l'image de marque et de l'aspect stratégique de la réputation en ligne (avec une dose de référencement) les a quand meme convaincu, en théorie.

Ce soir là, le champ de mon métier m'a semblé tout à coup réduit à une peau de chagrin! ces métiers de veille d'opinion et d'espaces participatifs sont situés dans une niche stratégique. je me suis rendue compte que le web n'était pas le centre du monde, que tout ne se passait pas que sur le web (bon je sais bien que pas tout mais bon)!
Ce type de discussion est vraiment très agréable car cela nous fait prendre du recul sur nos métiers, nous fait sortir de la bulle en somme.

jeudi, septembre 11 2008

veille d'opinion: éléments de définition!

Définition qui manquait au panel des types de veille en entreprise sur Wikipédia. Depuis aujourd'hui la veille d'opinion existe!
N'hésitez pas à modifier ma définition et à créer la page correspondante,
Nous ferons ainsi évoluer la profession!

voici ma définition (à voir aussi sur Wikipédia!):


veille d'opinion: veille sur les opinions des consommateurs formulées en ligne, sur des espaces publics permettant aux internautes d'interagir (espaces souvent appelés 2.0).


la liste des veilles selon Wikipédiaet à ce jour:

mercredi, septembre 10 2008

Et si rien ne se dit sur ma marque ?

pour faire suite à mon billet sur l'analyse quanti, je me suis dit qu'il était intéressant d'aborder l'aspect du "bruit" en ligne. En effet, je me souviens que dans une vie antérieure, j'avais eu à réaliser une étude préalable à un dispositif de veille d'opinion, pour une marque de boisson dont personne ne parlait en ligne. C'est cette étude qui a inspiré ce billet.

Une marque doit elle nécessairement générer du bruit en ligne pour réaliser une veille d'opinion?


A mon sens, bien sur que non. Dans le cas des marques à faible potentiel de génération de bruit, l'analyse quantitative ne servira pas à grand chose si ce n'est un indicateur d'évolution. c'est l'analyse qualitative des expressions qui bien sur prend tout son sens dans ce cas là. Si une marque est dans ce cas là, je la considère privilégiée! car le nombre d'expressions restreint permet une analyse fine et pertinente (contrairement à la veille de gros paquets d'expressions qui forment au final des "tendances").

L'état des lieux des opinions en ligne permet très précisément de

  • délimiter précisément les territoires d'expressions (réseaux de blogs, forums, réseaux sociaux...)
  • délimiter les groupes de consommateurs s'intéressant à la marque (et leurs liens entre eux s'il y en a)
  • comprendre toutes les problématiques liées à la marque (produit, service, SAV, service client, fonctionnement, prix, garantie)
  • connaitre la perception de la marque auprès des consommateurs
  • connaitre l'utilisation de la marque dans les discours des consommateurs
  • évaluer l'attachement à la marque selon les publics
  • évaluer le potentiel de bruit de la marque

L'état des lieux ne se résume donc pas à une étude quantitative du bruit généré par la marque, il faut comprendre les territoires et problématiques qui lui sont liées. je pense plus précisément, qu'il vaut mieux découvrir à propos de sa marque, 5 blogs de qualité, qu'une centaine de piètre qualité éditoriale. de même, un seul forum où se tisse une communauté active autours de la marque, a bien plus de valeur que 100 citations de blogs éparpillées dans la webosphère.

Le peu de bruit généré par la marque n'est pas un critère valable pour se passer d'une veille des expressions en ligne

la veille d'opinion en elle-même pour ces types de marques permet de:

  • pouvoir anticiper un éventuel buzz (positif ou négatif)
  • pouvoir réagir à un avis de consommateur/ client mécontent
  • surtout s'il est un internaute d'"autorité" parmi sa communauté
  • veiller les communautés spécifiquement formées autour de la marque
  • détecter les signaux faibles en quelque sorte
  • connaitre ses internautes
  • entretenir une relation privilégiée avec eux

Aucune marque, aucune personnalité, n'est à l'abri d'un pic d'expressions en ligne. A cause d'un billet critique, d'un témoignage, d'une vidéo ou d'une photo en ligne, la goutte d'eau peut se transformer en raz de marée qu'on ne peut plus contenir une fois initié. C'est pour cela qu'une veille préventive permet d'être alerté du moindre message à risque et de pouvoir réagir rapidement. de même, la connaissance des communautés permet une adaptation des discours et une communication en ligne bien plus adaptée, + pertinente et donc plus performante. même si la marque ne génère que très peu de bruit en ligne, il est utile, voir indispensable d'initier une démarche de veille en ligne afin de connaitre au plus près cette caisse de résonance qu'est le web.

Enfin, les avantages d'une veille d'opinion sur des marques peu présentes en ligne sont nombreux:

  • vous pouvez aussi tirer profit d'une veille d'opinion sectorielle par exemple.
  • vous pouvez occuper l'espace avant que des consommateurs ou clients mécontents s'en chargent à votre place
  • vous pouvez initier un dialogue privilégié avec vos clients/ parties prenantes
  • vous pouvez mettre en place cette veille avec un petit budget, en très peu de temps
  • vous pouvez donner de nouvelles perspectives à vos stratégies internet
  • vous pouvez connaitre mieux les attentes de vos addicted et ainsi répondre au mieux à leur besoins, ils sont vos ambassadeurs en ligne
***

j'espère que ces quelques lignes un jour convaincront les décideurs que la veille d'opinion n'est pas une discipline réservée à la téléphonie ou à la politique. La veille d'opinion n'est pas non plus la veille des courbes de buzz. Selon moi, tous les domaines, tous les produits et services sont concernés. et les marques qui génèrent peu de bruit en ligne sont l'objet de veilles tout aussi passionnantes et enrichissantes que les marques à fort potentiel de bruit. Les quelques expressions trouvées peuvent être aussi enrichissantes que les tonnes de reprises en ligne de billets identiques. Il faut dépasser l'analyse quantitative pour se pencher sur le qualitatif.

veille d'opinion: quanti/ quali: quelle analyse privilegier? (surement 1/2)

La veille d'opinion porte sur l'analyse des informations présentes sur les espaces dits "sociaux", ou du moin "interactifs". ce type de veille s'interesse donc particulièrement aux commentaires d'articles/ de billets blogs, au nombre de votes d'une vidéos, au positionnement dans les moteurs de recherches, et à d'autres indicateurs dont je parlerais prochainement. on peut donc dire que la veille d'opinion en ligne, c'est la veille des informations "dynamiques" (à la différence d'une veille web qui s'effectue sur les sites web et qui ne propose pas d'interaction avec les internautes.

La cellule de veille collecte, analyse, diffuse les infos. Outre la collecte d'information et leurs diffusion, je souhaitais m'attarder un petit peu sur l'analyse. (la collecte et la diffusion sont certes aussi des savoirs faire tout aussi intéréssants que l'analyse).
mais dans ce billet, c est l'analyse qui nous intéresse.

Il y a donc deux sortes d'analyses d'informations en veille d 'opinion: l'analyse qualitative et l'analyse quantitative. Pour? contre? mieux ? pire? vaste question.

Analyse quantitative: l'analyse quantitative consiste à rendre compte avec des données numérique de l'activité du web.
Ces données peuvent être le nombre de commentaires, nombre de lecture d'un billet, nombre de blogs parlant du sujet, nombre de vue de la vidéo etc. les cellules de veillent mettent aussi souvent en place des indicateurs, qui sont des équations entre ces différents chiffres (par exemple, des indicateurs d'activités, des indicateurs de buzz, des indicateurs de pénétration de l'information, etc.).

ces indicateurs quantitatifs sont très utiles pour pouvoir rendre compte sur le moyen/long terme de l'évolution d'une problématique en ligne. car ces indicateurs doivent bien souvent (toujours) être corrélés entre eux pour qu'ils puissent donner de l'intelligence aux chiffres. sans référence antérieure, les indicateurs ne peuvent faire preuve de HVA.

L'autre intérêt des indicateurs, c 'est que "ça" parle à tout le monde. tout le monde voit (sur une courbe par exemple) que ça monte, ça baisse, ça remonte, ça dégringole (etc) en un coup d'oeil.
Les indicateurs sont aussi très pratiques pour les veilleurs parce que les chiffres ne s'inventent pas (au pire ils se calculent), donc nous n'avons pas beaucoup à réfléchir. un chiffre c est un chiffre et puis c est tout. (On réfléchit quand même en amont pour élaborer les indicateurs pertinents à surveiller, ceux à mettre à jours, ceux à mettre en place etc). la mise en place d'indicateurs est d'ailleurs un point du métier tout à fait passionnant car les indicateurs doivent être pérennes, être intelligents, parler au client, etc.
En plus on fait des beaux schémas, des belles courbes, des camemberts, des cônes, des tableaux croisés dynamiques, on met de la couleurs, on s'éclate quoi. on rend les chiffres intelligents, intelligibles, pour le lecteur. bref, un boulot sympa.

Attention avec l'analyse quantitative tout de même, parce qu'elle peut être trompeuse. En effet, on peut penser que si une information fait beaucoup de bruit, c'est positif = biiiip. C'est pas vrai (et non!). Donc en veille d'opinion, ce qui fait du bruit n'est pas forcement positif. le buzz peut être positif, mais il peut etre aussi négatif.Le "bruit",lui, (en fait, le fait qu'on parle d'une marque) n'est pas forcément un buzz, et donc pas forcément positif (vous suivez?!)

Donc, il serait dangereux de présenter la veille d'opinion comme "on parle beaucoup de vous en ligne, c est bien" et "on parle pas beaucoup de vous en ligne, c est pas très bien".
Pourquoi est-ce un danger? parce que que ce qui compte c 'est ce qu'on dit sur vous! en quels termes vous êtes cités, qui parle de vous, dans quel blog/vidéo, etc. Donc le quantitatif ,'a pas de sens sans analyse qualitative.

pour représenter l'analyse quantitative, et la mettre en valeur, il faut qu'elle suscite l'intérêt du lecteur, l'intérêt qui va lui donner envie d'aller voir plus loin, d'aller lire le quali!
Parce que oui, souvent, les schémas représentent instinctivement l'information, nous pouvons en déduire des informations assez décalées de la réalité. Alors qu'en fait, pour certaines marques et certains services, le fait qu'on ne parle pas d'eux en ligne pourrait être assez positif. Donc il faudrait éviter au lecteur de la veille les conclusions hâtives. Et pour cela, on peut par exemple éviter de représenter une courbe descendante en rouge, un buzz en vert, un blog d'autorité en fluo (et les autres en gris) etc. mais surtout donc il faut amener le lecteur à mieux comprendre la note de veille et ces indicateurs numériques. Il faut les valider ensemble et s'assurer de l'intelligence des signes et des couleurs pour les deux parties (en gros, s'assurer que pour tout le monde, buzz n'est pas égal à positif (erreur majeure)


Voila, pour ne pas faire de billets trop long (et donc rébarbatifs), je vais m'arrêter là pour cette analyse quantitative et ferai l'analyse qualitative demain (ou un autre jour selon le travail).

ce qu'il faut retenir:en veille d'opinion, l'analyse quantitative est indispensable dans la mesure ou elle permet un suivi intelligible de l'activité des opinions en ligne. cependant, elle doit être utilisée avec intelligence car le nombre d'expressions en ligne ne peut en aucun cas signifier une information en elle même.

Que pensez vous des analyses quanti? selon vous , est ce posible d'établir des rapports de veille uniquement quanti?

lundi, août 4 2008

gouloupam bidiboum palam

Aperçu de quelques réflexions d'hier et d'aujourd'hui

»» il y a quelques semaines je me suis mise à twitter, j'ai déjà pas mal à dire sur ce média, mais je vais attendre un peu avant de vous livrer mes impressions. ceci dit , juste quelques premières impressions:
- je me demande qui peut s'intéresser à mes remarques
- donc je ne twitte pas beaucoup
- en réalité je n'ai pas vraiment trouvé de communauté en veille 2.0,
- n'hésitez donc pas à me follower et je vous followerai si ca vous intéresse !
- bon sinon je trouve ça très sympa, mais je détaillerai + tard
- ok j'ai pas twitté depuis des semaines, mais je regarde les autres faire


»» il y a quelques semaines, je me demandais comment pouvait mourir un blog ... pendant que la blogosphère autopsiait le cadavre, je me suis demandé comment j'allais traiter le sujet
- un blog qui demeure en ligne peut-il être mort?
- un blog capable de continuer à recevoir des commentaires peut-il être mort?
- un blog qui continue d'être linké peut il être mort?
- un blog maintenu dans le cache de google est-il mort?
- mais y a-t-il une différence entre "mort" et "qui n'est plus à jour"??
pour ceux qui suivent ce blog, vous l'aurez deviné, en veille d'opinion, un blog n'est jamais mort, tant qu'il est en ligne! un nouveau commentaire, un lien pointant vers un vieil article peut remettre un billet sur le devant de la scène et susciter un regain d'intérêt pour le blog.!... (facile) rien d'exceptionnel donc

»» Il y a quelques semaines, je me suis mise à la recherche d'un appartement à louer pour le mois de septembre.
- tous ceux qui cherchent un appart' font de la veille
- les alertes mails mettent tout de même 3 à 4 minutes avant d'arriver dans la boîte, ce n'est pas très performant je trouve
- du coup "c'est déjà loué"
- on a donc des alertes avendrealouer, seloger, pap, logi-immo, refleximmo, foncia, locare, century....
- mais très peu de sites proposent des flux rss des requetes
- il faut réceptionner, traiter, synthétiser, analyser, appeler, visiter ....il faut être proactif c'est de la veille pure et dure
- donc je tente l'improbable......:-)..... cherche 2/3 pièces, 50 m² dans le 17ème (m° rome de pref), prix d'ami-veilleurs appréciés.....merci ... ;-)


à bientôt!

Flux RSS: quand la technique de diffusion devient l'information

Le flux RSS est une sujet qui a maintes fois été abordé en ligne, notamment par des spécialistes, avec un livre blanc, un large billet de blog de klogfr, et un produit d'info de ecolebibdoc, qui traitent très bien tous trois du sujet sous des angles différents.
c'est un sujet qui allie technique et méthode de veille. Au quotidien, j'ai pu constater que le flux est une technologie forte en terme de push d'information, mais que la force du flux réside davantage dans son traitement informationnel.

»» Le lecteur de flux: une base pour une surveillance globale...
Qui dit flux dit lecteur de flux. c'est souvent la première étape (qui ne devra pas rester la dernière) de la mise en place d'une surveillance par flux RSS. la page dédiée permet en un coup d'œil d'accéder aux informations de plusieurs sites. Sur cette page les informations sont "poussées" (mode push) et "capitalisées". c'est le meilleur moyen de tirer parti d'une surveillance globale, ou thématique d'un sujet

  • l'information nous est effectivement poussée (push) sur la plateforme. (par ex. une page netvibes, igoogle, etc, voir klogfr)
  • Nous avons accès aux titres, et même aux news parfois sans avoir à aller sur le site concerné
  • Nous pouvons "surveiller", c'est à dire "observer attentivement", "être attentif" à ce que publient les sources que nous avons choisies


»» les flux: un manque de maniabilité
Cependant, nous sommes tributaires des flux mis à notre disposition. en effet, nous ne choisissons pas les informations constituantes des flux. c'est la source qui les propose, en attribuant des news au flux correspondants. Ainsi, les flux d'information à disposition peuvent ne pas correspondre tout à fait à nos attentes.

De même, la catégorisation des flux peut ne pas nous convenir, et l'addition des flux qui en résulte, peut très rapidement provoquer une abondance d'information alors difficile à lire. Il faudra donc travailler sur la quantité de flux.
Mais il faudra également considérer quelques "défauts" de flux que j'ai pu constater:''

  • un flux ne comprend pas toujours tout le billet; ainsi des allusions ou de mentions peuvent nous échapper
  • un flux n'est pas toujours "normé" et se révèle parfois illisible (i.e. le flux indique le corps du texte à la place du titre etc (cf flux de blogsearch)...)
  • un flux n'est qu'un flux d'information et l'information, éphémère, disparait lorsqu'elle est remplacée par le "flux" continuel des news. Retrouver une information non sauvegardée relève parfois de la recherche d"information pure et dure.
  • un flux d'information est dépendant d'un émetteur


»» Des outils annexes pour révéler la pertinence des flux

Il est utile donc de traiter le flux avec des outils qui vont permettre de surveiller les éléments qui nous semble pertinents pour notre problématique précise.
voici quelques outils qui m'ont été utiles pour gérer une veille performante par RSS:

  • Xfruits de Ruiz pour recevoir par mail les flux, pour les agréger, les combiner, les publier.....
  • yahoo pipes pour combiner les flux et les intégrer dans une démarche de veille précise et complexe, en déterminer des filtres de publication
  • un crawler pour la détection de mots clés contenus dans les flux
  • etc.etc.


A noter que les problématiques, les sources utilisées, les outputs voulus, doivent être étudiés afin de choisir des outils annexes pertinents. Il existe de nombreux outils qui permettent de "façonner" vos flux à votre envie, notamment ponysh que j'apprécie utiliser pour créer un flux lorsqu'un site n'en propose pas. A mon sens, le meilleur moyen de trouver les outils qui correspondent le mieux à vos thématique est de faire une recherche sur outils froids. et ainsi de créer le flux qui correspond le mieux aux destinataires des informations.

Ainsi, il est nécessaire de créer, construire, améliorer, personnaliser les flux rss des veilles pour éliminer le bruit et que l'information soit toujours plus pertinente, efficace, et sur-mesure.

***


Dans quelle mesure les lecteurs de flux peuvent-ils être utiles pour une veille?
Les flux RSS participent à une bonne veille thématique mais ils en suffisent pas à la personnalisation des sources et à l'appropriation d'un sujet. Ils doivent impérativement se combiner avec d'autres techniques et outils, appropriés à la problématique précise. En effet, les flux rss ne sont pas simplement diffusion, mais ils sont informations. Et qui dit information dit traitement...

jeudi, juin 26 2008

veilleur d'opinion...metier à part entiere

billet datant du 26 juin et que je retrouve par hasard dans mon dotclear...voici un brouillon de billet authentique ! inédit ! un plan des mes idées sur ce métiers, que je publie tel quel, sans y retoucher parce que c 'est ça aussi la magie du web ! publié ce 10 juillet 2008

constat:

  • la veille d'opinion est un métier à part entière
  • qui a développé ses outils logiciels
  • qui développe donc sa propre R&D
  • qui nécessite une analyse spécifique des informations
  • et mise en contexte indispensable des données

elle développe ses propres indicateurs (e-réputation, buzz, influenceurs, participation...)

  • des indicateurs spécifiques à la veille d'opinion
  • des méthodes évolutives suivant le web

elle est à la croisée de plusieurs métiers:

  • de la veille (automatisation, analyse des informations, diffusion)
  • de la communication (image de marque, publicité)
  • du marketing (buzz)
  • de la technologie (logiciels innovants pour les logiciels spécialisés)
  • des nouvelles technologies de comm (blogs forums etc...)

le marché est de + en plus structuré:

  • par des boites dédiées: des boites d'éditions de logiciels spécialisés, des boites de conseils, des boites prestataires
  • par des boites à développement/ département spécifiques: boites de comm, de RP.....

Pour tout dire je ne sais pas pourquoi j'écris ce billet, peut être que je voulais faire un point sur le métier afin de donner une ligne directrice + structurée à ce blog..... chais pas....la richesse du métier surement

(c'est un peu les coulisses du kamablog!)

lundi, juin 16 2008

veille d'opinion et presse en ligne

On pourrait croire que la veille d'opinion en ligne en ce qui concerne les article de presse dans leur version électronique revient à faire une veille de presse automatisée, copié-collable en un fichier pouvant etre lu sur les ordis de nos entreprises. Mais la veille presse avec internet et tous les changements qui s'opèrent est devenue bien + qu'une simple veille presse car elle prend en compte notamment les avis des internautes qui peuvent s'exprimer en commentaires sur ces articles de presse

Avant: lorsque je faisais dans le temps les revues de presse pour une équipe de consultants, il fallait tourner les pages des quotidiens, photocopier les articles, émettre une newsletter etc... cela aboutissait le + souvent à une veille quelque part "statique": les articles étaient figés. Vint le temps ou la veille devint tout-en-ligne: avec factiva et pressed, il n'y avait plus besoin de tourner les pages des journaux, juste de regarder ses alertes mail, les mots clés étaient déjà repérés, il n'y avait plus qu'à qualifier et transférer....
bien sur je ne dis pas que la veille était + facile, plus rapide, ou plus contraignante, c 'était juste différent. une fois le lien et la mise en contexte transmis, le processus de veille était enclenché, la compréhension et l'assimilation de l'information s'opérait entre source et veilleur, ou entre source et consultant. Seulement aujourd'hui , la source n'est plus statique. Le veilleur doit surveiller une source en continue. je m'explique:
avant, les publications d'articles suffisaient à enclencher une alerte, réception, validation, diffusion, capitalisation.
maintenant, la publication reste bien sur un document à analyser, mais elle le reste en continue; l'article peut recevoir des commentaires à tout moment, l'article n'est plus statique.

C'est ce point là que je développe: les commentaires d'articles de presse, comme un renouvellement perpétuel dans le cadre d 'une veille d'opinion.

ce sous titre est peu être un peu exagéré. Mais la forte évolution de la presse en ligne ne nous laisse guère le choix: nous nous devons d'accorder une importance particulière aux commentaires des articles. Ce processus de veille est particulier.

* Toujours garder un œil sur un article: il peut rester "commentable" pendant des années
il est nécessaire d'automatiser la surveillance des commentaires d'un article, et ce à très long terme. en effet, un commentaire peut apparaitre très tardivement, quelques fois des mois ou meme une année après la publication de l'article initial ( peut être plusieurs années, mais je ne suis pas encore tombée sur ce cas extrème). je suis d'ailleurs souvent étonnée des commentaires si tardifs sur telle ou telle polémique. Suivant le sujet, les commentaires "tardifs" concernent des articles qui relatent soit un "problème", une "rébellion des consommateurs" ou encore un sujet politique contesté. Alors on observe plusieurs phénomènes:

- phénomène de "bouteille à la mer": "je suis désespéré, que faut il faire?" en espérant que quelqu'un nous réponde
- phénomène de "ça ne coute rien d'adhérer à vos propos": l' internaute publie un commentaire simplement pour appuyer les propos de l'article, mais sans rien n 'y apporter (souvent le cas lorsque la publication de commentaire n'exige pas d'inscription préalable)
- phénomène du "c'est insensé je ne peux pas laisser passer ça": internaute lis un article qui ne lui plait pas du tout et pris de révolte, exprime son indignation
- phénomène de celui-qui-ne-comprend-pas le concept ou qui n'a pas regardé la date de publication de l'article,lui est à la masse, (et il en faut pour faire une toile). - d'autres phénomènes etc.

* Les commentaires font partie intégrante de l'article: ils doivent être considérés comme éléments constitutifs de l'article
Donc en fait les commentaires sont postés par différents leitmotiv. Ils sont des approfondissements, des avis, des questionnement sur l'article et donc en font partie intégrante. c'est ainsi que l'article n'est plus statique mais vit véritablement le temps. Et ce serait une erreur des les ignorer. Car la veille presse en ligne est devenue veille presse d'opinion en ligne.
Mais tous les journaux n'adoptent pas la même stratégie de publication de commentaires. Certains les modèrent à priori, d'autres à posteriori, certains nécessitent ne inscription, d'autre non. Ainsi, le nombre de commentaire varie avant tout selon le sujet, selon les modalités de publication (inscription, anonymat....). les politiques de commentaires varient selon les journaux et font maintenant partie de la culture du journal en ligne.

* les commentaires jouent-ils sur le positionnement des articles dans les moteurs?
ceci est à vérifier car cela ne semble pas vrai pour tous les journaux, mais il me semble qu'un commentaire publié peut faire "remonter" le positionnement de l'article sur google et blogsearch. Ainsi, il peut remette a gout du jour une certaine actualité. Il peut aussi raviver d'autres commentaires (les premiers commentateurs souvent avertis par mail d'une nouvelle réponse à leurs commentaires) car il invite les lecteurs internautes à s'exprimer de nouveau sur cette problématique. l'invitation à ce débat "en retard" est vrai aussi pour les commentaires des blogs et sur les forums, mais concentrons nous sur la presse qui ne revêt pas cet caractère intrinsèque au format de publication utilisé, contrairement à ses compères blogs, forums, réseaux sociaux etc.
Ainsi, par ce phénomène d'intemporalité, le commentaire, même tout seul peut éveiller des opinions intéressantes.
- Une polémique peut reprendre: un simple commentaire peut en appeler un autre qques mois plus tard, puis un autre, puis un autre....la courbe des discussions peut être très allongée, très "aplatie", et le débat ne pas être vif, mais contribuer ainsi à un débat d'idée qui correspondrait à la longue traine des articles de presse en ligne.
- Un article peut améliorer son positionnement , grâce à l'actualisation de la page web. chaque commentaire provoque en effet une mise à jour de l'article. Ainsi, certains moteurs peuvent considérer que la mise à jour de la page correspond une fréquence de publication, et permet donc à un article de maintenir ou d'améliorer son positionnement. L'article augment donc sa visibilité.

* Mettre en place une veille spécifique pour les commentaires d'articles de presse.
L'article de presse est donc une source particulière qui doit bénéficier d'une surveillance particulière. cette veille contient idéalement:
- une alerte d'un nouveau commentaire (bien sur)
- une alerte d'une nouvelle lecture/ d'un nouveau vote, ou bien de toute modification ou évaluation de l'article si l'article en est doté.
Alors bien sur il est indispensable d'industrialiser cette veille. Si le nombre d'articles à surveiller est < à 5, o peut se contenter d'update scanner, le plugin de firefox, sinon au delà de 5 selon moi, et obligatoirement au delà de 10, il faut utiliser un logiciel performant et réactif à toute sorte de changement de l'article de presse.
l'industrialisation de la surveillance des commentaires d'articles de presse est selon moi le suel moyen de surveiller les ré actualisations des articles et même des problématiques en ligne. (toujours pas trouvé de moteur de recherche de commentaires)

* Particularités principales de ce processus :
- constitution et enrichissement d'un corpus au fur et à mesure de la publication d'articles.
- surveillance rétro- active, avec possibilité de revenir dans les propos d'un article passé (et les idées voire polémiques qu'il peut suggérer)
- veille presse "de base", couplée d'une surveillance accrue et donc automatiser des mises à jour de l'article.
Enfin, nous pouvons dire que la veille de la presse dans son ensemble (fond de l'article + positionnement dans moteurs + prise en compte des commentaires) trouve son efficacité dans le temps!

En Bref:
Il est indispensable d'adapter sa veille d'opinion à tous les supports pouvant être les relais d'expressions des internautes. dans cette optique, la veille d'opinion de la presse est spécifique par son appréhension, son format, la constitution de son corpus dans le temps, son efficacité et donc son dispositif dans l'ensemble. Il est nécessaire d 'étudier au préalable les types d'expressions pouvant se retrouver dans la presse et d'adapter la vaille aux caractéristique des ces expressions ligne.
Comme les autres "veille 2.0", offrant aux internautes la parole, tout sujet est susceptible de se raviver et donne exige une vigilance accrue afin d'être performant dans la détection des signaux faibles et dans l'analyse de ces commentaires.

mardi, juin 10 2008

iexpo mon non-rapport

alors la vraiment je m'épate de contradiction! Je SAIS qu'il faut faire les rapports le jour meme ou le lendemain...mais j'ai pas eu le temps, alors pas de rapport (c'est nul et je m'en veux et je suis désolée pour mes lecteurs)
Heureusement qu'il y a des vrais pros dans la place!
En tant que "fausse pro", je me dois de faire un compte rendu, mais relayer ce que les autres font très bine n'est aps de mon gout, alors j'ai choisi donc de décrire un coté qui a retenu mon attention sur trois cotés du salon, au fil de la plume, sans trop trop y réflechir (parce qu'il faut bien le faire ce compte rendu !):

  • à propos de ma visite du salon: développement de l'axe "outil de veille d'opinion"
  • à propos du stand spintank: développement d'une rencontre
  • à propos des conférence: développement d'une question


sur le salon
Un des choses qui m'a le + marqué est la disposition des éditeurs de veille et d'analyse d'image en ligne. tous les trois étaient sur de grands stands ouverts sur l'extérieur, beaucoup de people, tous au meme endroit, si bien que seuls quelques pas suffisaient pour comparer les outils. Guerre économique surement. petite revue de mes passages de ces stands:

En gros, le mercredi, il m'était impossible d'approcher un des éditeurs. C'était la ruée sur ces stand, un succès incroyable (même si en fait j ai pas vraiment de points de comparaisons)! bref, tout le monde voulait tester et connaitre ces logiciels. c'était la foule des grands jours! j'ai l'impression que tout le monde voulait sa petite démo, et les gens était à 3 ou quatre par ordinateurs (avec des besoins et des questions différentes) mais il fallait satisfaire toutes les demandes. résultat: le jeudi, plus personne. c'est à ce moment que je me suis le + renseigner... (quoi? je vais pas faire la queue comme un mouton simple visiteur quand même :-)

Chez Digimind, ils étaient tous habillés en noir avec un polo "digimind", très "team", très "corporate", très "am-a-marocain". quand on arrive on se fait biper (ça évite l'échange de carte de visites après tout, on est dans un salon techno)! non je n'ai pas trop apprécié de me faire "biper", aussi utile que ce soit...
j'ai récupéré le livre blanc (le fameux) et assisté à une petite démo de la D7.
Ils avaient comme déco des bocaux avec de jolies pierres inside, très design, à coté d'un bocal de coupons réponses. Alors forcément quand un visiteur est passé (asiatique de mémoire) et a demandé s'il pouvait prendre une jolie pierre, et bien j'ai trouvé ça très sympa, et je me dis que le commercial aurait pu lui dire oui..;-) c 'est rien et ça fait tellement plaisir.

Chez AMI,, j'ai été accueillie par une hôtesse très sympa. elle ne pouvait répondre à mes questions "je suis simplement hôtesse", m'a-t-elle dit. On a rit (je venais de déballer tout un tas d'interrogations). Elle a rempli une fiche et agrafé ma carte de visite sur celle ci (beaucoup plus sympa que le bip à mon gout). Tous les commerciaux étaient pris et donc j'y suis retournée le lendemain, et j'ai trouvé pas mal de réponses à mes questions. je retiens de ce stand qu'AMI "aime les arbres", moi aussi, mais j'ai quand même pris la fiche descriptive.

Enfin chez Spotter, le stand était aussi envahi le premier jour, et j'ai donc réservé mes questions pour le lendemain. j'ai pu discuté avec un "analyste" (un développeur de leur solution quoi) et il a donc pu répondre à toutes mes questions techniques, ce qui n'était pas le cas chez les autres (discussions avec des commerciaux essentiellement). je suis allée visiter le stand de pikko et vu une démo de leur technologie Arak qui est vraiment top ("moins de camemberts, + d'interactivité!" est un slogan qui me plait bien.

Voila ces technologies en plein essor ont encore de beaux jours devant elles. j'ai vraiment apprécié me mettre à jour sur ces technologies.

sur le stand 1G2b de Spintank:
Le stand nous a permis de nouer des liens et de connaitre des personnes, comment dire, improbables :-). plus sérieusement, des partenaires en KM mais aussi en Veille, des éditeurs de moteurs de recherche... nous avons rapporté une enveloppe de carte de visites qu'il nous reste à trier.
l'annonce du lancement de Spintank, the website le 28 nous a donc obligé à le sortir et en meme temps spintank a pu fêté ses deux ans avec un site quand meme!!(merci jordan qui y a passé qques heures quand meme)!
Vous remarquerez sur le site les deux schémas que nous avions imprimé sur le stand de l'i-expo: la roue de nos métiers et les trois web, qui ont été souvent les points de départ de discussions passionnantes.





le stand 1G2b m'a aussi permit de rencontrer des personnes fortes intéressantes, comme cette dame qui travaille dans un cabinet de conseil en innovation...selon la méthode Triz alors bien sur je sors un"crublo??" et bang! bien sur que tous les triz'man se connaissent ! j'ai pu donc faire un petit flashback dans mes cours de triz (ils en sont apparemment que deux cabinets en france à proposer du triz (ce qui ne m'étonne guère), mais tous connaissent crubeul évidemment.
Nous avons parlé innovation. Elle disait que l'analyse sémantique faisait tout un show aujourd'hui alors que dans les industries innovantes, l'intelligence artificielle est déjà une démarche mise en place dans les 90's; en gros on ré-inventait la roue, avec + d'enthousiasme. Et j'étais très d'accord avec elle.
j'ai pu rencontrer aussi des personnes de RTGI (devenu linkfluence), xwiki, keywatch, KB, ixxo etc...


Sur les conférences
J'ai participé à la conférence "de l'image de marque à l'eréputation".
pour ceux qui sont dans le métier, je dirai que ces conférences n'apportent pas grand chose si ce n'est des exemples de veille image. Finalement donc je n'ai participé qu'à une seule conférence (!!) et je ne pense pas que si je fais un compte rendu de mes notes ça ait du sens...
la conférence était cependant très sympathique. je regrette juste de ne pas avoir pris la parole pour répondre à une question de Monsieur Thales, qui n'avait pas trouvé d'opinion de consommateurs à propos des "stylos électroniques à reconnaissance d'écriture" (ou qque chose comme ça). Son service avait essayé de trouver des avis sur cette technologie, mais n'avait trouvé que des relais de communiqués de presse. Ces avis là, sont souvent sur les forums et non sur les blogs. Car ces sujets sont + explorés par une communauté très restreinte, passionnée, qui se reconnait via des outils de dialogue et non des outils d"annonce" (si on peut appeler les blogs comme tels). et non , les forums ne sont pas morts! surtout pour ces problématiques. Alors je crois à la serendipité et peut être que le monsieur de Thales se reconnaitra (???)


voila grossomodo un salon riche en rencontre et en découverte, un bon moment pour Spintank, et plein de nouveaux projets en boîte!

jeudi, mai 22 2008

Spintank à I Expo

La semaine prochaine, tout le petit monde de la veille, de l'IE et du Km en entreprise se retrouvera porte de Versailles à l'occaz' de I-Expo 2008, exciting, isn't it?

Cette année le salon est placé sous le signe de l'image:
Un zoom particulier sera effectué sur la surveillance de l'image et l'analyse de la réputation à travers l'analyse média (presse écrite, web, radio, TV) et l'analyse des blogs.

Spintank sera donc présent! Nous pourrons se rencontrer, échanger, discuter, tout cela dans une ambiance surchauffée de technos et d'innovations!!
N'hésitez pas à venir nous voir, Marguerite, Justin, Jordan, Nicolas et moi même, nous serons ravis de vous accueillir :-) au stand 1G2b

Pour ma part, voici mon petit planning de conférences, mais je ne sais pas si je vais pouvoir tout faire, car nous avons un stand à gérer aussi, et de nombreux acteurs très intéressants à rencontrer, mais j'espère vous croisez afin de faire un peu + connaissance et aborder des sujets passionnants en matière de veille image ...

à bientôt !

- page 1 de 4